CGP

Nouveau président pour la Boétie Patrimoine

Après 15 ans passés à la tête de La Boétie Patrimoine, Patrick Ganansia passe la main à Cédric Genet
L’association a formalisé sept groupes de travail et modifie le rythme de ses rencontres 
Cédric Genet, président de La Boétie Patrimoine

L’association La Boétie Patrimoine a annoncé mardi 10 juillet 2018 l’élection de son nouveau président. Cédric Genet, associé fondateur de Carat Capital, succède ainsi à Patrick Ganansia du cabinet Herez et président depuis 2003. Il s’agit d’un « des plus vieux groupements de conseillers en gestion de patrimoine », explique Cédric Genet, conçu avec l’idée, qui a perduré tout au long de la vie de l’association, de « protéger le modèle du CGPI », c’est-à-dire de représenter « des conseillers libres de fournir à leurs clients des solutions
patrimoniales en architecture ouverte et innovantes permettant de leur apporter une rémunération annuelle lorsqu’ils réalisent un suivi réel des actifs du client »
. En ce sens, ses membres sont « attentifs aux évolutions réglementaires et à la lourdeur administrative qu’elle représente pour prendre les virages à bon escient », que ce soit en termes de protection de l’épargnant ou de rémunération des CGP.
Il s’agit « d’un vrai lieu d’échange et de partage pour trouver de nouveaux outils pour ses membres », tels que le Private Equity ou la dette obligataire non cotée. 

Groupes de travail formalisés. Cédric Genet a été élu pour un mandat de quatre ans pour poursuivre ces objectifs avec une nouvelle méthode. Le président a ainsi formalisé sept groupes de travail autour des thèmes suivants : réglementation, parcours client, communication, solutions financières non cotées, recherche de nouvelles solutions financières, suivi de ces solutions, et appels d’offres. « Chacun des membres devra participer à un groupe de travail, en fonction du domaine où il est le meilleur », souligne Cédric Genet, précisant que des groupes de travail existaient déjà auparavant, mais que certains étaient temporaires et que tous les membres n’étaient pas nécessairement aussi impliqués. En termes de nouvelles
solutions financières, les groupes de travail pourront par exemple permettre aux cabinets adhérents d’accéder à des produits à enveloppe déterminée pour le compte de leurs clients.

Intervenants extérieurs. Par ailleurs, l’association va modifier le rythme de ses rencontres permettant des rendez-vous d’une journée et demi tous les deux mois (contre une journée par mois auparavant). L’idée est de favoriser l’ouverture de l’association à des sujets transversaux (management, outils digitaux, organisation métier, développement de nouvelles missions au sein des cabinets), mais aussi à des intervenants extérieurs à la profession. Stéphane Hugon, sociologue, est par exemple venu parler des mutations actuelles de la société, un ex-négociateur du Raid des techniques de négociation ou encore un spécialiste de la blockchain des caractéristiques techniques des cryptomonnaies.

Optimiste pour les jeunes. Alors que l’Agefi Actifs consacre un dossier aux jeunes dans ce numéro, Cédric Genet estime que ceux-ci « ont tout en main pour réussir s’ils se comportent en vrais entrepreneurs et prennent conscience du phénomène de concentration inéluctable au sein de la profession, du fait de la pyramide des âges et des contraintes réglementaires et technologiques nouvelles ». Et de conclure que « Si des modèles de développement différents ont intérêt à échanger, les ADN qui se ressemblent ont tout intérêt à s’associer »