CGPI

Nortia lance son Observatoire du conseil financier

La filiale du groupe DLPK entend décrire trimestriellement les tendances en termes de stratégies d’allocation d’actifs
Les récentes acquisitions de Selection 1818 et de l'Aprep, permettent à la structure d'atteindre le périmètre nécessaire à cette analyse
Philippe Parguey, directeur général de Nortia

A l’occasion de son 25e anniversaire, Nortia annonce le lancement d’un Observatoire du conseil financier indépendant, publié chaque trimestre, fruit des données agrégées des opérations réalisées dans les contrats d’assurance vie par les CGP actifs partenaires de la plateforme. Son objet : « décrire les tendances en termes de stratégies d’allocation d’actifs », indique la filiale de DLPK, qui pour cette première édition a passé au crible le recours au fonds en euros, les produits de diversification, la part de l’immobilier ou des produits structurés. En outre, la compilation des données sur ses fonds d’investissement lui permettant de dévoiler ceux qui ont le plus collecté via les CGP. Ainsi l’an dernier, ce sont H2O Multibonds et Moderato (H2O), Varenne Valeur (Varenne Capital) et Sextant Grand Large (Amiral Gestion) qui ont été les plus plébiscités.

Diversité d’acteurs. Les rachats de Sélection 1818 auprès de Natixis Wealth Management, puis de l’Aprep à AG2R La Mondiale en 2018, ont permis à Nortia de collaborer avec une plus grande diversité de partenaires. De quoi élargir son périmètre : intermédiant désormais la gestion du patrimoine de plus de 60.000 clients privés, la structure forte de 200 collaborateurs dit travailler avec près de 1.000 conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) actifs. Son encours sous gestion a ainsi plus que quadruplé, passant de 3 milliards d’euros l’an passé à 12,5 milliards d’euros. « C’est une richesse d’informations que nous souhaitons partager avec la Place, pour faire avancer les grands débats collectifs qui nous engagent pour les prochaines années », explique Philippe Parguey, directeur général de Nortia.

Liens avec les associations. Bénéficiant d’un réseau de neuf compagnies d’assurance de droit français et trois de droit luxembourgeois, la société travaille également avec une centaine de sociétés de gestion et deux dépositaires en compte-titres. Par ailleurs, des contacts « très étroits » avec les associations professionnelles et les institutions lui permettent également d’enrichir la publication de « contributions externes expertes », explique la plateforme.