Neuflize OBC supprime un quart de ses effectifs

Newsmanagers
Neuflize OBC va lancer un plan de transformation qui passera par la suppression en deux vagues de 245 emplois.
Corrects en 2016, les résultats ne sont pas franchement satisfaisants par rapport à ceux de l'année précédente.
Mais le problème pour l'heure réside dans la détérioration du coefficient d'exploitation.

Les rumeurs allaient bon train depuis quelques semaines, c'est aujourd'hui confirmé. Neuflize OBC va lancer un plan de transformation qui passera par la suppression en deux vagues d'un quart environ des effectifs. «Nos résultats sont très corrects mais ne rien faire n'est pas possible», a indiqué à Newsmanagers son dirigeant Philippe Vayssettes à l'occasion de la publication de ses résultats annuels. Le produit net bancaire de la filiale d'ABN Amro a baissé en 2016 à 317 millions d'euros et le résultat net se maintient autour de 51 millions d'euros. Du côté de l'activité commerciale, les actifs sous gestion, hors gestion conseillée internationale, se maintiennent autour de 46 milliards d'euros au terme d'une année où la collecte a été négative de 300 millions d'euros. Cette évolution est due à des sorties nettes de 900 millions d'euros du côté de la collecte via ABN Amro mais la banque privée affiche des entrées nettes de 500 millions d'euros et les partenariats externes ont apporté 100 millions d'euros supplémentaires.

Ces résultats ne sont pas franchement satisfaisants par rapport à ceux de l'an dernier où Neuflize OBC avait fait état d'une collecte supérieure à 4 milliards d'euros. Cela dit, le PNB avait progressé cependant, le résultat net s'inscrivait en repli de 5%. Mais le problème pour l'heure, souligne Philippe Vayssettes, réside dans la détérioration du coefficient d'exploitation, passé cette année à 75,6% contre 73% en 2015. Et, du point de vue de Neuflize OBC, il n'est pas possible de se satisfaire d'une telle évolution dans le contexte actuel de taux bas, avec des marchés très volatils et alors que le secteur de la finance, et singulièrement les sociétés de gestion, sont confrontés à au moins deux défis: la réglementation avec notamment MIF 2 (qui prévoit la suppression des rétrocessions de commissions dans de nombreux cas, plus de transparence et la traçabilité de tout conseil apporté) et la transformation digitale.

Dans ce contexte, Neuflize OBC a décidé de la suppression de 245 emplois net, soit environ le quart des effectifs, et des investissement d'un peu plus de 50 millions d'euros, dont environ 40 millions dans les technologies de l'information et la transformation digitale. Les coûts de restructuration, non chiffrés dans l'immédiat, vont également passer par la création d'une trentaine d'emplois dans le conseil et le digital. Neuflize OBC va également revoir son offre de produits et services avec notamment l'introduction d'une offre multicanal. Les seuils d'entrée vont être relevés dans la banque privée. La flexibilité et le télétravail, qui vont se traduire par la mise en place à terme de sept postes de travail pour dix collaborateurs, vont permettre d'optimiser les plans de travail et de réduire les locaux.

Neuflize OBC entend aussi faire jouer davantage la masse critique que représente ABN Amro pour développer son offre et capter une clientèle internationale. Le plan de transformation devrait s'étaler jusqu'en 2019 avec des impacts positifs dès cette année mais beaucoup plus marqués en 2018 puis en 2019. Outre la diminution des coûts, ce plan de transformation, sans modifier en profondeur le business model d'un établissement qui affiche 350 ans d'âge, devrait permettre de renouer avec une croissance de la collecte, d'environ 600 et 700 millions d'euros par an. Mais une collecte qualifiée, c'est-à-dire investie dans des produits à haute valeur ajoutée et susceptible de dégager des retours sur actifs significatifs...