Milleis Banque pilote ses pertes

Amélie Laurin
En pleine réorganisation, la banque patrimoniale détenue par le fonds AnaCap préserve sa solvabilité grâce à des gains prudentiels et de trésorerie.

Si elle affiche son appétit pour des acquisitions, à l’heure où plusieurs fonds de commerce sont en vente, dont une partie de HSBC France, Milleis Banque doit encore faire ses preuves dans le marché de la clientèle patrimoniale. Rachetée en 2017 par le fonds britannique AnaCap, l’ex-Barclays France a entamé une profonde restructuration… tout en restant déficitaire pour le moment. L’an dernier, la banque a perdu 99 millions d’euros, après un trou de 95 millions en 2018, révèlent ses comptes annuels publiés fin juin au Balo.