"L’expert-comptable doit aller vers l'expertise-conseil"

C’est le message du président, encore pour quelques mois, du Conseil supérieur de L’Ordre des experts-comptables, Philippe Arraou. Pour ce dernier, les experts-comptables n’ont pas d’autres choix
DR

« La tendance naturelle de l'être humain est le conservatisme, or tout change », énonce avec force Philippe Arraou, président du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables (CSOEC) lors de la cérémonie des vœux organisé le 24 janvier 2017 à Paris. Le président des experts du chiffre enjoint les experts-comptables à être les acteurs du changement, à créer « une nouvelle profession ».

Aller vers le conseil. Selon lui, les experts-comptables, qui font face au défi important de la dématérialisation – le « zéro papier » -, n’ont d’autre choix que d’accompagner cette évolution au risque de disparaitre. Il se dit confiant face à ce défi imposé par les nouvelles technologies et invite ses membres à être « de plus en plus expert et de moins en moins comptable ». « Les besoins de nos clients ne se limitent pas à la comptabilité », insiste-t-il. Il a ensuite cité quelques évolutions qui doivent amener, selon lui, l’expert-comptable à créer un nouveau cabinet : ouverture du capital des experts-comptables à d’autres professions, un démarchage qui peut désormais être plus offensif, la possibilité d’une pluriprofessionnalité, l’exercice du conseil à titre principal.

Le prochain congrès national, qui se déroule à Lille du 27 au 29 septembre, aura d’ailleurs pour thème le conseil.

A noter également que le nouveau président du CSOEC sera élu au printemps prochain.

Conférence de presse, 24 janvier 2017

Lire aussi "Les experts-comptables face à la montée des innovations".