Services internet

Les PME appelées à noter les banques

La société R2 Alliance appelle les patrons de TPE/PME à évaluer leur relation bancaire Son objectif : diminuer l’abîme persistant entre banquiers et entrepreneurs.

Deux mondes qui se côtoient mais ne se comprennent pas », tel est le jugement de Michel Dubois d’Enghien, fondateur de pR_ Alliance pour définir le malaise existant entre banques et entreprises. Cet ancien professionnel issu de la sphère financière entend bien, par le biais de formations et d’outils en ligne, rapprocher ces deux univers.

Le projet suscite l’intérêt puisque Claude Campagnès, président du cabinet girondin C.Conseils, vient de prendre une participation de 33,33 % dans le capital de la société.

Evaluer sa relation bancaire.

Michel Dubois d’Enghien veut rééquilibrer les rapports entre ces deux acteurs et encourage les entrepreneurs à noter leur banque comme ces dernières le font avec eux. « La seule chose sur laquelle un établissement financier est regardant, c’est son image », explique-t-il.

A travers un accès gratuit et sécurisé sur internet, les chefs d’entreprise sont invités à répondre à des questions fermées sur une échelle de 1 à 5 afin d’apprécier leur relation bancaire. L’outil s’appelle EvalBank et donnera un classement des banques en temps réel. En fonction de leur chiffre d’affaires, de leur département et de leur code NAF (Nomenclature des activités françaises), les entrepreneurs pourront comparer les évaluations effectuées par leurs confrères et tirer les conséquences de leur propre situation.

Nourrir la base de données.

Si la base de données n’est, pour l’heure, alimentée que par 480 entreprises, Michel Dubois d’Enghien attend « les 500.000 clics » en fin d’année. Pour cela, il fait appel aux fédérations professionnelles : son action est approuvée par Philippe Arraou, président du syndicat des experts-comptables de France (ECF) avec lequel un accord national a été passé.

CGPME, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, salue également la démarche qui « permet de rétablir l’équilibre des forces entre les banques et les entreprises, en situation très nette d’infériorité », explique Philippe Moreau, président de CGPME Pays-de-Loire. En échange d’une somme symbolique, entre 500 et 1.500 euros par an et par département, PME-Bank (SAS détenue par pR_ Alliance) compulsera les données au profit des fédérations. Les banques, de leur côté, auront la possibilité de répondre en ligne aux reproches de leurs clients.

Une remise de trophées issue du vote des internautes est prévue en fin d’année pour récompenser, dans chaque région et dans chaque catégorie de chiffre d’affaires, les banques les mieux perçues.

Lever le voile de l’incompréhension.

pR_ Alliance propose aussi des formations. Les premières, intitulées « Parler banquier », s’adressent aux experts-comptables et aux entreprises. Les deuxièmes, « Parler Entreprise », sont destinées aux conseillers. Ceci afin de rapprocher la sphère bancaire de celle des PME et démystifier l’une et l’autre.

Mais la tension est grande et s’est naturellement accentuée avec la crise. Les banques dénoncent les dossiers bancals des entreprises ; ces dernières accusent les établissements financiers de n’accorder que trop peu de crédits et de méconnaître leurs métiers. Philippe Moreau témoigne : « Les banques ne reconnaissent pas la TPE/PME comme un vecteur dynamique de leur activité. Les interlocuteurs qu’elles nous accordent sont davantage formés au particulier qu’à l’entreprise. C’est sans parler de la rotation des salariés qui ne permet pas de construire une relation durable de confiance avec elles. »

Avec un second outil, AuditBank, Michel Dubois d’Enghien, en tant qu’ancien directeur de crédits, entend donner la possibilité aux entrepreneurs de comprendre le monde opaque de la banque en leur fournissant les paramètres sur lesquels sont prises les décisions. Cela leur permettra de mieux piloter leurs ratios financiers et de présenter des dossiers irréprochables.