Lu pour vous

Les experts-comptables misent sur les services

Espace Innovation - un groupement d’intérêt économique composé de fournisseurs d’experts-comptables dans le domaine des missions de conseil - a interrogé 350 professionnels sur leurs projets et leurs priorités pour l’année 2009.

L’innovation et le service comme réponse à la crise. Dans un environnement économique tendu, si près de 60 % des experts-comptables ayant répondu au sondage déclarent être vigilants sur les dépenses du cabinet, sans toutefois en faire une obsession, ils sont dans le même temps près de 50 % à vouloir innover et continuer d’investir. 55 % d’entre eux estiment aussi nécessaire d’écouter davantage leurs clients en se concentrant sur l’accompagnement.

Enfin, près de 70 % d’entre eux déclarent miser en priorité sur le service clients pour se différencier. Interrogés sur les chantiers qu’ils comptent mener cette année, 60 % des experts-comptables répondent d’ailleurs travailler à une optimisation des services, quel que soit le domaine concerné. Viennent ensuite la formalisation des prestations de conseil (40 %) et la mise en place d’une politique de communication (33 %). Ainsi, 55,6 % des cabinets interrogés quantifient désormais véritablement leur budget communication et pour 25,9 % d’entre eux, le budget est même à la hausse.

Poursuivre la croissance. Concernant le développement de leur activité, les experts-comptables sont majoritairement dans une optique de croissance. En effet, 57 % d’entre eux souhaitent développer leurs honoraires en 2009 soit par croissance organique (40,3 %), soit par rachat de clientèle (16,6 %).

Parmi les sources de croissance figure le conseil social. Près de 65 % des professionnels estiment ainsi que la période est bonne pour développer leur offre en conseil social, en particulier l’optimisation de rémunération et les questions relatives au statut du dirigeant.

En revanche, pour 40 % des sondés, l’objectif sera simplement d’essayer de maintenir le même niveau d’honoraires qu’en 2008. Pour expliquer ce chiffre, les experts-comptables interrogés mettent en avant des clients consommateurs, mais qui ne veulent pas payer les missions complémentaires, ainsi que le manque de temps pour se consacrer au développement de ces missions.