Carte de visite

Le Syndicat 10 marie assurance et patrimoine

Depuis le 1er janvier 2009, le Syndicat 10 est le dixième syndicat de la Chambre syndicale des courtiers d’assurance (CSCA).
Le 30 janvier 2014, au cours de son assemblée générale, le Syndicat 10 a renouvelé son bureau.

Depuis le 1er janvier 2009, le Syndicat 10 est le dixième syndicat de la Chambre syndicale des courtiers d’assurance (CSCA). Il réunit les sociétés de courtage grossistes et les plates-formes de distribution et de gestion représentant quatre branches d’activités : les assurances de personnes, le conseil en gestion de patrimoine, les assurances risques divers (IARD) et les assurances voyage. Lors de sa création, le syndicat comprenait neuf membres fondateurs « qui avaient des ambitions communes, une forme de distribution analogue et qui rencontraient les mêmes types de problèmes compte tenu de leur fonctionnement B to B to C en tant que concepteurs et gestionnaires de solutions d’assurance et de produits financiers », explique l’actuel président du Syndicat 10 Jean-Paul Babey, également PDG d’Alptis Assurances.

Le 30 janvier 2014, au cours de son assemblée générale, le Syndicat 10 a renouvelé son bureau. Jean-Paul Babey (Alptis Assurances), président, et Laurent Ouazana (Ciprés Vie), secrétaire général, tous deux réélus dans leurs fonctions, ont été rejoints par deux nouveaux vice-présidents : Sylvie Langlois (Solly Azar) et Patrick Petitjean (April Prévoyance Santé).

Les 21 membres du Syndicat :

Alptis, April, Assur Travel, Autofirst, Ava, Cegema, Ciprés Vie, ECA, Groupe Zéphir, LifeSide Patrimoine, Luxior, Maxance, MD, Nortia, Novelia, Orelis, UFG Courtage, Union Financière George V, SMAM, Solly Azar, Vivens

Situés entre le preneur de risques (l’assureur) et l’intermédiaire de proximité, les courtiers grossistes souscripteurs en assurance ont un rôle à part dans la chaîne de valeur de  l’assurance. Ils sont à la fois concepteurs et gestionnaires de produits mais aussi distributeurs sans être en relation, sauf exception, avec le client final. Le Syndicat 10 a notamment pour mission de valoriser cette spécificité et de promouvoir son concept auprès des pouvoirs publics nationaux et européens, de défendre les intérêts de ses membres et, par ricochet, ceux de leurs partenaires distributeurs.

RÉSEAUX ET ACTIVITÉS

Le Syndicat 10 compte 21 membres à ce jour, soit l’équivalent de près de 90 % de la profession grossiste. Il représente environ 17.000 partenaires distributeurs pour 5 millions de clients, l’ensemble pesant presque un milliard d’euros de primes.

LES 10 COMMANDEMENTS

Syndicat 10 : la dénomination a pour origine le fait que le syndicat des courtiers grossistes a été le dixième syndicat à intégrer la confédération de la Chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA), mais aussi et surtout parce que ses membres doivent satisfaire à un corpus comportant 10 règles fixées par sa charte, dont :

- Réaliser au minimum 75 % du chiffre d’affaires en assurance

- Réaliser au minimum 75 % du chiffre d’affaires via un réseau d’au moins 100 intermédiaires indépendants inscrits à l’Orias

- Avoir un chiffre d’affaires au minimun de un million d’euros

- Etre multifournisseur (3 au minimum, tous produits confondus).

FONCTIONNEMENT SIMPLE

En dehors du bureau, le syndicat se réunit tous les deux mois en assemblée plénière.

Entre-temps, sa vie est rythmée par les commissions de travail au nombre de quatre : Admission, Juridique, Communication et Métiers. « Cette dernière permet de mesurer les approches transversales dans nos activités respectives et d’étudier les questions sociales », commente le président Jean-Paul Babey. Ce dernier précise par ailleurs que « le syndicat ne compte pas de permanents. Il fonctionne avec un faible budget ».

RÔLE DANS L’ASSURANCE ET LE CONSEIL FINANCIER

Le Syndicat 10 a été très actif en 2013, aux côtés de la Commission des assurances collectives de la CSCA, au moment des débats sur l’Accord national interprofessionnel du 11 janvier pour préserver l’accès à ses membres et leurs partenaires au marché de la prévoyance et de la santé collective.

Il mène aujourd’hui le combat pour améliorer le dispositif de la garantie universelle des loyers (GUL) issue la loi pour  l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) auprès de l’Autorité de la concurrence.

Sa représentativité sur les métiers de l’assurance et du patrimoine l’amène aussi  à intervenir sur la refonte des directives IMD II (intermédiation en assurances) et MIF II (marchés financiers) ainsi que sur les aspects réglementaires pour se conformer aux attentes du législateur et du régulateur en matière de lutte antiblanchiment ou de pratiques commerciales, les contrôles effectués chez certains membres servant ici d’expérience pour les autres.