Conseillers indépendants

Le portage salarial comme alternative transitoire à l’indépendance

Comme s’ils étaient adhérents, Infinitis ouvre son offre aux salariés de la société de portage salarial Himalaya Conseil dans l’espoir que ces derniers rejoignent le groupement lorsqu’ils seront CGPI.

Constatant sur le terrain qu’un grand nombre de conseillers aimeraient tenter l’aventure de l’indépendance mais n’osent franchir le pas, le groupement Infinitis, en passant un partenariat avec la société de portage salarial Himalaya Conseil, courtier, CIF et détenteur de la carte de transactions immobilières, veut montrer aux conseillers en gestion de patrimoine désireux de devenir indépendants qu’il existe une possibilité de rester provisoirement salariés tout en se constituant un portefeuille de clients. Infinitis ouvre donc son offre aux salariés d’Himalaya Conseil avec l’espoir qu’une fois prêts à passer le cap, ils deviendront adhérents du groupement.

Un salaire variable.

La solution parfois jugée précaire se veut toutefois transitoire et un moyen, somme toute, de mettre le pied à l’étrier. Etant salarié, le conseiller se décharge des tâches administratives et sociales et peut se concentrer purement sur son activité commerciale.

Et ce n’est pas un vain exercice car, bien que lié à son employeur par un CDI, le salarié est à temps partiel, rémunéré sur la base de 4 à 8 heures par mois. A lui de ramener un maximum d’affaires à Himalaya afin, qu’à la fin du mois, il puisse bénéficier d’un salaire décent. En fonction du volume de commissions générées et de son salaire horaire d’embauche, l’entreprise détermine le nombre d’heures travaillées, qui font ensuite l’objet d’un avenant au contrat de travail.

Sébastien Bareau, directeur du développement d’Himalaya Conseil, évalue le salaire du conseiller à environ 50 % HT du chiffre d’affaires de ce dernier, après déduction notamment des 6 et 10 % de marge brute revenant à l’employeur. Ce pourcentage constitue l’unique source de rémunération d’Himalaya puisqu’elle ne conserve pas les commissions sur encours relatives aux affaires apportées par le conseiller après sa démission.

Un transfert de clientèle sans négociation.

Bien que rien ne soit spécifié dans le contrat de travail ou dans une convention, Himalaya Conseil ne s’oppose aucunement, lors du départ de son salarié, à ce que la clientèle suive son conseiller, ce qui signifie que ce dernier peut récupérer les encours de ses clients sans négociation. « Nous sommes une société de portage. Notre but est de permettre à des personnes de développer une activité, pas de conserver les encours ou de toucher des rétrocommissions », explique Sébastien Bareau. Il revient donc au client d’effectuer la demande de changement de courtier. Himlaya Conseil n’entrave pas la démarche.