Le mouvement de concentration dans la gestion privée s’accélère

Franck Joselin
Le Groupe Premium a acquis la société de gestion Ferri qui sera intégrée à Flornoy. Le nouvel ensemble gérera 2 milliards d’euros.

Les opérations de regroupement dans la gestion privée s’enchaînent et devraient encore continuer ces prochains mois. Le secteur connaît actuellement une vague de concentrations sans précédent. Après le rapprochement de Crystal et du groupe de conseillers en gestion de patrimoine Victoire, puis l’acquisition du groupe Oudart par Cholet Dupont, c’est au tour de Flornoy, qui fait partie du Groupe Premium, lui-même détenu par Eurazeo, de mettre la main sur Ferri Gestion.

La société, créée en 2006, était auparavant intégralement détenue par ses fondateurs, Sylvain et Nicolas Ferri, ainsi que par ses salariés. Au total, le nouvel ensemble Flornoy Ferri gérera environ 2 milliards d’euros, dont 540 millions issus de Ferri. Ces sommes s’ajoutent au milliard d’euros conseillé par les autres entités de Premium, à savoir les courtiers Predictis et Capfinances. La nouvelle société sera présidée par Benoit Jauvert, actuel président de Flornoy et comprendra Sylvain Ferri à son conseil d’administration.

Le rapprochement des deux sociétés de gestion devrait engendrer des synergies de coûts, sur les locaux, les fonctions réglementaires, ou encore sur les coûts de dépositaire. Des synergies de revenus sont aussi attendues, car certains actifs conseillés par Ferri pourront facilement être transférés vers des fonds gérés par Flornoy. Sans compter que le réseau de courtiers de Premium pourra, comme il le fait avec Flornoy, irriguer la société de gestion. A titre d’exemple, la collecte de Flornoy issue de Premium représente aujourd’hui environ 120 millions d’euros annuels. Cela devrait permettre au repreneur de rapidement augmenter le résultat de Ferri.

Si aucun montant n’a été révélé par les parties, les dernières transactions dans le domaine de la gestion privée ont été effectuées à des niveaux entre 12 et 13 fois l’Ebitda. Mais lorsqu'Eurazeo a racheté le groupe Premium à Montefiore, il avait déboursé 290 millions d’euros, soit, selon des sources, environ 14,5 fois l’Ebitda.

Cette opération montre que le groupe Premium reste le bras armé d’Eurazeo pour des opérations de consolidation pour des entités de gestion privée de taille moyenne, dont les actifs peuvent totaliser jusqu'à un milliard d’euros. Selon nos informations, le groupe discute d’ores et déjà avec plusieurs cibles potentielles dont certaines pourraient atteindre cette taille.