Société de gestion

Le choc de simplification en marche chez OFI AM

Le groupe a annoncé une réorganisation de sa structure capitalistique
Aujourd’hui, il revoit sa gamme pour améliorer la lisibilité de son offre

Au mois de décembre dernier, OFI annonçait l’intégration par OFI Asset Management de Macif Gestion et d’OFI Mandats avec, dans le même temps, une simplification de sa structure capitalistique. Aujourd’hui, le groupe, détenu à 60,9 % par la Macif, à 25,77 % par la Matmut et à 13,32 % par Ofivalmo Partenaires (une entité détenue par diverses mutuelles), s’attaque à une simplification drastique de son offre. La gamme de produits proposée par le gestionnaire passe ainsi d’environ 300 fonds à une vingtaine. Les tarifications des produits ont aussi été revues, en créant de nouvelles parts de distribution et en aménageant la tarification des parts institutionnelles à la baisse.

Cette consolidation correspond à un nouveau virage que compte prendre la société de gestion. Si, aujourd’hui, les 55 milliards d’euros qu’elle gère le sont principalement pour ses actionnaires (voir le graphique), OFI AM veut désormais développer sa propre clientèle, aussi bien institutionnelle (les institutions de retraite et de prévoyance représentent déjà 13 % des encours) que celle des clients privés via la distribution externe. De la même manière, le groupe réfléchit à un développement à l’international, d’autant que ses produits sont – ou seront – proposés sur sa plate-forme luxembourgeoise.

Quatre expertises phares.

Si cette contraction de l’offre est aujourd’hui possible, c’est que « les besoins fondamentaux des clients sont les mêmes, qu’ils soient institutionnels ou privés : ils cherchent tous à avoir de la performance en maîtrisant leur risque », estime Sandrine Toulouse, directeur général adjoint en charge du développement d’OFI Asset Management. Ainsi, parmi la dizaine d’expertises du groupe, seules quatre seront activement mises en avant, et ce pour tous types de clientèle. La première d’entre elles est la performance absolue, avec notamment un fonds multiclasse d’actifs OFI Palmares Alpha Drive (dont le nom sera changé prochainement).

Ensuite, les convertibles, qui totalisent déjà pour 2,1 milliards d’euros sous gestion, seront également activement commercialisées. L’équipe convertibles vient d’ailleurs d’être étoffée par le mouvement en interne de Stanislas Grenet, qui était auparavant uniquement dédié à l’arbitrage crédit et qui sera maintenant chargé de créer des convertibles synthétiques. Les actions chinoises, sur lesquelles le gérant estime qu’il existe un réel potentiel ces prochaines années, feront également partie des classes d’actifs poussées par le groupe.

Enfin, la dernière thématique privilégiée sera l’investissement socialement responsable (ISR), qui représente 11,5 milliards des encours du groupe (et 4,1 milliards d’euros sous la forme d’OPCVM). Les autres expertises (les actions, les taux, le crédit, le monétaire, le private equity ou la gestion alternative) continueront évidemment d’être développées, mais ce ne sera pas sur elles que se concentreront les actions commerciales.

Continuité sur les CGPI.

Les prochains grands relais de croissance seront donc, pour le gestionnaire, plutôt constitués par les institutionnels, les banques privées et l’international. Cependant, OFI AM  n’abandonne pas le segment des conseillers en gestion de patrimoine (CGPI). Les offres qui leur sont destiné feront, elles aussi, partie des quatre expertises phare du groupe et OFI Premium, la plate-forme qui leur est dédiée, reste intégrée à OFI Gestion Privée, une entité filiale d’OFI AM dont les encours totalisent 500 millions d’euros (dont un quart environ sur les CGP).