L'AMF inflige une amende de 300.000 euros à l'encontre d'A Plus Finance

NewsManagers
Les manquements retenus à l'encontre d'A Plus Finance concernent à la fois l'information communiquée aux investisseurs et trois aspects du dispositif de valorisation. La société conteste ces griefs arguant notamment qu’il n'y a eu ni préjudice subi par des tiers, ni profit réalisé.

La commission des sanctions de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé mercredi soir avoir prononcé à l'encontre de la société de gestion A plus Finance une sanction pécuniaire de 300.000 euros assortie d'un avertissement.

Les manquements « multiples » retenus à l'encontre d'A Plus Finance « concernent à la fois l'information communiquée aux investisseurs et trois aspects du dispositif de valorisation (les procédures, les méthodes et le contrôle interne) », est-il précisé dans un communiqué publié sur le site du régulateur. 

Les griefs notifiés à A Plus Finance sont relatifs à des faits qui se sont déroulés entre le 31 décembre 2011 et le 31 décembre 2014 et font suite à un contrôle du respect par la société A Plus Finance de ses obligations professionnelles.

L'AMF reproche notamment à la société de gestion « des insuffisances dans l'information communiquée aux investisseurs sur son site Internet ainsi que dans celle figurant dans des brochures diffusées à ses distributeurs, tenant à une présentation déséquilibrée des rendements et à une information peu claire, inexacte et trompeuse sur les performances des investissements obligataires réalisés et des fonds gérés » et « des défaillances de son dispositif de valorisation des participations, tenant à l'insuffisance de ses procédures internes et à l'imprécision des règlements de ses fonds, des dysfonctionnements dans la valorisation des actifs liés aux méthodes retenues et des carences du dispositif de contrôle interne de la valorisation ».

A Plus conteste les griefs. "La sanction réclamée nous parait disproportionnée puisqu' il n'y a ni préjudice subi par des tiers, ni profit réalisé - ainsi que l'a confirmé la Commission des sanctions de l'AMF - et que la société de gestion a toujours respecté les règles de place de valorisation qui s'appuient sur les recommandations de l'AFIC et de l'EVCA, les seules règles précises existant en la matière, et qui par ailleurs ont toujours été validées par les commissaires aux comptes", a réagi la société de gestion.