Epargne

La MIF prend le virage des unités de compte

La Mutuelle d’Ivry-La Fraternelle (MIF) transforme sa gamme de contrats
Elle met en avant la simplicité de ses produits et de ses unités de compte
DR, Olivier Sentis, directeur général, MIF

Réussir la transition du fonds en euros vers les unités de compte est un enjeu qui concerne tous les acteurs de l’assurance, plus particulièrement les mutuelles qui ont parmi leurs adhérents les souscripteurs les plus réticents au risque. Cet accompagnement d’une clientèle encore peu avertie est au cœur de la stratégie initiée par la Mutuelle d’Ivry-La Fraternelle (MIF) depuis 2016.

Une diversification nécessaire.

La MIF est connue du public pour afficher l’une des meilleures performances sur son fonds en euros. Ainsi, en 2016, la mutuelle a servi à ses adhérents un rendement de 2,60 % quand la moyenne du marché est tombée sous la barre de 2 %.

Toutefois, dans le contexte réglementaire Solvabilité II et dans un univers d’investissement où les taux restent bas, la diversification est devenue un impératif pour la mutuelle, à la fois pour préserver la qualité de son portefeuille mais également pour que les adhérents continuent de bénéficier d’un rendement pertinent. « Nous avons privilégié la pédagogie pour faire comprendre à nos sociétaires que nous avions changé d’ère et qu’une prise de risque maîtrisée était indispensable pour que leur épargne continue de se valoriser », indique Olivier Sentis, directeur général de la MIF.

Des produits volontairement simples.

La mutuelle a proposé son premier produit multisupport au début de l’année 2016, « MIF Horizon Euroactif », un contrat qui intègre un fonds en euros et une seule unité de compte (UC) : le fonds patrimonial Carmignac Patrimoine. Le contrat volontairement simplifié fonctionne comme la gestion à horizon d’un Perp : une fois la période d’investissement définie, chaque trimestre, l’exposition à l’UC est réduite pour aboutir à l’échéance à 100 % sur le fonds en euros. « Il s’agit d’un produit qui correspond bien à la sensibilité d’une partie de nos adhérents qui voulaient quelque chose de simple et de rassurant », explique Olivier Sentis.

La mutuelle est passée à l’étape supérieure en mars dernier en transformant son contrat historique « Compte Epargne Libre Avenir » en multisupport. L’intérêt pour l’épargnant est de pouvoir bénéficier d’un choix d’UC plus important, composées pour l’essentiel de fonds patrimoniaux. Les gérants retenus sont des signatures connues dans l’univers de la gestion de patrimoine. On retrouve Carmignac, mais aussi la Financière de l’Echiquier, CPR AM ou bien encore Tocqueville Finance. « Nous recherchions des gestionnaires en capacité de communiquer par eux-mêmes sur leurs produits, avec des track-records assez importants pour mesurer leur efficacité ainsi qu’une notoriété suffisante pour être également proposés par d’autres réseaux de distribution. Le choix de fonds patrimoniaux repose sur l’idée qu’en cas de baisse sur les marchés, ils ont une meilleure résilience que les autres. Ils sont donc très complémentaires avec notre fonds en euros », analyse Olivier Sentis. Il faut signaler que la mutuelle n’impose pas un montant minimum d’UC mais a mis en place un système de bonus pour pousser les épargnants à investir. Après des débuts modestes, les deux contrats ont permis d’engranger une collecte en UC de l’ordre d’une centaine de millions d’euros.

Des coûts de fonctionnement réduits.

Pour diffuser ses produits, qui comprennent également une assurance-décès et un contrat obsèques, la mutuelle s’appuie sur son site web et une plate-forme téléphonique de 35 personnes. A la fois force de vente et back-office, celle-ci gère près de 160.000 contrats à distance. Un module de souscription en ligne des contrats a été mis en place durant l’année. Avec ce modèle, la mutuelle revendique des coûts de fonctionnement réduits qui, au final, bénéficient à l’adhérent puisqu’il y a moins de frais sur la partie commerciale.

Adepte des médias sociaux pour communiquer sur sa marque, la MIF  va renforcer sa présence sur les réseaux durant les prochains mois. « Nous réfléchissons à la manière de faire évoluer notre marketing digital, notamment sur la manière de présenter la gamme d’UC à nos adhérents. Nous proposerons également une application sur mobile pour ce qui touche à la gestion du contrat », précise Olivier Sentis. La mutuelle mise sur la satisfaction du client pour faire des adhérents les meilleurs ambassadeurs de la marque.