La Matmut braque son volant vers AG2R La Mondiale

Agefi Quotidien
La mutuelle sans intermédiaire envisage un rapprochement sans précédent avec le groupe paritaire hybride. Les nombreux liens avec la Macif seraient à dénouer.

Après s’être montrées chacune avides de rapprochements par le passé, AG2R La Mondiale et la Matmut pourraient donner naissance à un groupe d’un nouveau genre. La première, déjà hybride car issue de la fusion, en 2008, entre une mutuelle d’assurance (La Mondiale) et un groupe paritaire (AG2R), et la seconde, une mutuelle sans intermédiaire, ont annoncé hier entrer en négociations exclusives en vue d’un rapprochement. Celui-ci pourrait être effectif dès le 1er janvier 2019. Contactées, les deux entreprises n’ont pas donné plus de détails.

«Personne à ce stade n’a fait cela, sauf Covéa avec [l’institution de prévoyance] Apgis, qui n’a pas du tout la même taille», souligne Cyrille Chartier-Kastler, président de Facts & Figures. Mais André Renaudin, le directeur général d’AG2R La Mondiale depuis la création du groupe en 2008, est «habitué aux opérations audacieuses», remarque le consultant. La fusion serait intéressante du point de vue de la complémentarité : santé et épargne côté AG2R La Mondiale, dommages côté Matmut. «Surtout qu’il est difficile de se différencier en santé, donc tous les groupes paritaires ont intérêt à se diversifier», ajoute Cyrille Chartier-Kastler.

Pour sa part, la Matmut souhaite justement développer la santé et l’épargne. Invité le 23 novembre par l’Association nationale des journalistes de l’assurance (Anja), le directeur général de la mutuelle Nicolas Gomart a confié sa volonté de se lancer sur le segment de la retraite, «sous forme de distribution, en partenariat». Fin juin, il a créé à cet effet une direction finance et patrimoine. En santé, la différenciation se fera sur «l’accès aux soins», a-t-il remarqué, donc beaucoup de maisons adhérentes à la Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF) n’ont «pas envie de partager cet enjeu stratégique avec d’autres».

Un rapprochement avec AG2R La Mondiale irait donc dans le sens du multi-équipement des adhérents. Premier groupe de protection sociale en France, AG2R La Mondiale compte 15 millions d’assurés et un demi-million de sociétés clientes. La Matmut, de son côté, compte environ 3,3 millions de clients sociétaires et près de 7 millions de contrats gérés pour leur compte.

Une logique différente avait poussé la Matmut à se rapprocher de la Macif (et initialement aussi de la Maif, qui a vite quitté le navire) : il s’agissait alors d’optimiser les structures de coûts (réseaux de réparation, outil informatique).

Ce projet ayant capoté, la Matmut a intégré de plus petites mutuelles - Ociane en assurance santé et Mutlog en assurance emprunteur - et multiplié les partenariats, avec BNP Paribas Cardif en dommages, Solimut Mutuelle de France en prévoyance, et avec Harmonie Mutuelle en santé auprès des PME-ETI. Mais elle excluait de rejoindre l’union mutualiste de groupe (UMG) Harmonie-MGEN, baptisée Vyv. De ces partenariats, le bilan est inégal. «Le segment santé a bénéficié à plein des synergies entre Ociane et notre puissance de distribution», se félicitait Nicolas Gomart jeudi. En revanche, du côté d’Harmonie Mutuelle, censée distribuer un produit IARD de la Matmut, «le démarrage est un peu lent».

Si elle rejoignait AG2R La Mondiale, la Matmut devrait dénouer les nombreux liens tissés avec la Macif. En assurance-vie par exemple, elle a cessé de commercialiser sa gamme de produits et distribue les contrats de la Macif. Surtout, la Macif et la Matmut ont une filiale de gestion d’actifs commune, OFI AM, détenue respectivement à 25,8% et 60,9%, qui gérait 68 milliards d'euros d’actifs à fin mars. Quant aux considérations politiques propres au monde de la mutualité, Nicolas Gomart les balayait de la main il y a quelques jours : «l’affectif masque des réalités qui finissent toujours par s’imposer».