La fusion entre les Banques populaires et les Caisses d’épargne est imminente

L’Etat prendrait une participation entre 15 et 20%. François Pérol conseiller à l’Elysée pourrait prendre la tête du nouvel ensemble.

Les négociations de fusion entre les Banques populaires et les Caisses d’épargne entrent dans leur dernière ligne droite, La décision sera pour cette semaine, a confirmé dimanche Nicolas Sarkozy. L’Etat pourrait prendre une participation d’environ 15% à 20% au sein du nouvel ensemble, indiquait hier Reuters de source proche du dossier. L’Etat français n’aurait toutefois pas de représentants au sein des instances de direction du nouvel ensemble en échange de sa participation estimée à cinq milliards d’euros «ce qui équivaudrait à 15 à 20% du capital dilué», a précisé la source déjà citée, soulignant que cette participation se ferait sous la forme d’actions de préférence et de titres hybrides.

De son côté le Journal du Dimanche (JDD) indiquait que l’Etat «injecterait 6,5 milliards d’euros» dans ce nouvel ensemble, deux milliards ont déjà été apportés aux deux établissements en 2008 pour renforcer leurs fonds propres et une deuxième tranche de 2,5 milliards est prévue dans le cadre du soutien au secteur bancaire. «Le jour de l’officialisation de la fusion, l’Etat ajouterait au pot 2 milliards d’euros», affirme le JDD. Il détiendrait donc 16,25% du capital. La présence de l’Etat dans le nouvel ensemble sera la même que dans Société générale ou BNP Paribas, indique aussi Reuters.

Le comité d’éthique de l’administration va par ailleurs être consulté en vue de l’éventuelle nomination à la direction du nouvel ensemble de François Pérol, secrétaire général adjoint de l’Elysée et conseiller économique de Nicolas Sarkozy. D’autres source sont d’ailleurs expliqué à Bloomberg que les deux établissement se serait accordés sur ce point. François Pérol est également pressenti pour devenir président du conseil de surveillance de Natixis que les Banques populaires et les Caisses d’épargne détiennent ensemble à 71%. Dominique Ferrero, actuellement directeur général, pourrait devenir président du directoire de Natixis. La présidence du directoire de Natixis est actuellement assurée par Philippe Dupont, le patron des Banques populaires, tandis que le poste de président du conseil de surveillance est aujourd’hui occupé Bernard Comolet, le président de la Caisse nationale des Caisses d’épargne. On ne sait en revanche pas ce que deviendront Philippe Dupont et Bernard Comolet au sein de Natixis.