La crise pousse à plus de prudence sur les plans d'épargne retraite

Les sommes versées sur le Perco baissent. Elles sont à présent principalement placées sur des fonds peu risqués au détriment des actions.

Les salariés semblent plus réticents à épargner dans une optique de long terme dans un contexte de crise. Les montants qu’ils ont versés dans des plans d’épargne retraite collectifs (Perco) ont ainsi baissé de 3% en 2008, à 1.073 euros en moyenne, d’après le baromètre de Natixis Interépargne publié hier.Surtout, les salariés n’ont pas cherché à profiter au maximum des abondements proposés par leurs employeurs. Ainsi, dans les très petites entreprises, près de huit épargnants sur dix se sont servis de moins de 25% de leur enveloppe d’abondement. En 2007, seuls 32% d’entre eux avaient utilisé moins d’un quart de l’enveloppe. Même constat dans les grandes entreprises. L’an dernier, 89% des salariés ont bénéficié de moins de 25% du plafond d’abondement contre 35% en 2007.La crise financière et le contexte d’incertitude ont certainement une responsabilité dans cette moindre utilisation des dispositifs de long terme. Toutefois, le moindre bénéfice tiré de l’abondement par les salariés s’explique aussi la mise en place du Perco dans de nouvelles entreprises en 2008. Dans ces dernières, les salariés peuvent mettre du temps à se familiariser avec le dispositif et sont donc plus prudents dans son utilisation. A fin septembre, le nombre d’entreprises équipées et le nombre de salariés adhérents ont augmenté de 45% et 33% sur douze mois glissants, d’après l’Association française de gestion financière.Malgré tout, les montants d’abondement moyen par salarié sont restés stables, à 2.535 euros en 2008. Dans les entreprises de plus de 500 épargnants, ils ont même augmenté de 9% à 860 euros, les entreprises ayant prévu début 2008 ces progressions.L’effet de la crise est particulièrement visible dans le choix des fonds auxquels les épargnants destinent leurs versements volontaires. Jusqu’en juin, les salariés ont consacré 78% de leurs versements dans le Perco aux actions (hors titres de l’entreprise) et aux fonds diversifiés, et 20% en fonds monétaires euro. Au quatrième trimestre, les fonds actions et diversifiés n'ont reçu que la moitié des versements. A l’inverse, les fonds monétaires ont capté 48% des sommes versées. Sur le Plan d’épargne entreprise, qui peut être débloqué plus facilement que le Perco, le montant moyen versé par les salariés augmenté de 3% à 986 euros.