La crise a bouleversé les habitudes bancaires des Français

94 % des Français veulent plus d'autonomie bancaire et 24 % veulent réduire drastiquement leurs visites en agence, selon une enquête d'ETX Brand pour N26.
mohamed Hassan

La crise sanitaire a bouleversé nos modes de vie et nos habitudes de consommation. Pour comprendre comment cette période a affecté les Français vis-à-vis de l’argent et leur rapport aux banques, ETX Brand a réalisé une enquête (1) pour la néobanque N26, dont les résultats viennent d’être publiés.

Le désir d’indépendance constitue l’un des principaux enseignements de l’étude. Ainsi, 94 % des Français souhaitent être autonomes concernant la gestion de leurs comptes et 91 % veulent pouvoir être en contact avec un conseiller client par téléphone dès qu’ils en ont besoin, même le dimanche. L’importance des applications est devenue cruciale et 86 % des sondés se disent « rassurés de pouvoir accéder à distance aux différents services bancaires ». Conséquence, un Français sur quatre (24%) explique qu’il va réduire drastiquement ses visites en agence, voire les arrêter, une fois la crise terminée. De quoi bouleverser le monde de la banque traditionnelle…

La crise a modifié les habitudes

Source : ETX Brand

L’autre gros changement initié par la crise porte évidemment sur les habitudes de paiement. 64 % des sondés déclarent qu'ils utiliseront moins d'argent physique à l’avenir et 53 % affirment privilégier à présent le paiement sans contact. Le taux de confiance dans ce moyen de paiement par carte est passé de 61 % en 2018 à 74 % aujourd’hui. Celui du paiement sans contact par téléphone reste faible, à 38 %, mais en progression de 8 points par rapport à 2018.

Des frais inutiles

Avec la modification des habitudes et la plus grande transparence dont doivent faire preuve les établissements bancaires, la question des frais se pose à nouveau. Ainsi, 58 % des Français déclarent « payer pour des services inclus dans leur offre bancaire mais dont ils n'ont pas l'utilité ». En revanche, ils sont encore 40 % à ne pas connaitre le montant de leurs frais bancaires annuels. D’ailleurs, ils ne sont que 38 % à avoir échanger au moins une fois avec leur conseiller au sujet de leurs frais. 

La mutibancarisation se démocratise

L’étude montre également que la multibancarisation s’installe peu à peu puisqu’un Français sur trois a désormais un compte dans au moins deux banques et un sur dix dans trois banques. En moyenne, les Français utilisent 1,58 banque. 

Source : ETX Brand

Sur ce point, l’arrivée des néobanques et d’autres challengers semble avoir « accéléré cette dynamique en renforçant le jeu de la concurrence », notent les auteurs de l’étude. Résultat, 68% des clients des néobanques seraient prêts à en faire leur banque principale dès que ces dernières proposeront l’ensemble des produits bancaires : dépôts d’espèces, épargne rémunérée, crédit à la consommation et/ou immobilier.

(1) Etude réalisée par ETX Brand pour N26, entre le 16 et le 23 mars 2021, auprès de 1.000 individus âgés de 18 et 65 ans et représentatif de la population française des 18-65 ans.