La banque privée Meeschaert est de nouveau en vente

Aroun Benhaddou
Lors d'une première tentative de cession en 2016, ses actionnaires en attendaient une valorisation avoisinant 150 millions d’euros, mais aucune des offres n’avait atteint ce niveau.

Meeschaert retente sa chance. La banque privée familiale créée à Lille il y a 85 ans a confié un mandat de cession à Transaction & Cie, a indiqué LCD S&P. L’information, confirmée par nos soins, témoigne de la volonté retrouvée de la famille Meeschaert de conclure un accord visant à faire évoluer le tour de table. Il y a quatre ans, cette dernière avait formellement mandaté Edmond de Rothschild Corporate Finance pour aboutir à cet objectif. Mais l’absence de consensus sur l’acquéreur final avait amené la famille à rester aux commandes. A cette occasion, le passage de relais entre la deuxième et la troisième génération des fondateurs avait eu lieu, permettant à Cédric Meeschaert et à ses sœurs de reprendre la majorité du capital.

Avec plus de 6 milliards d’euros d’encours gérés et supervisés, Meeschaert fait partie des banques privées de taille moyenne. Lors de la tentative de cession en 2016, ses actionnaires en attendaient une valorisation avoisinant 150 millions d’euros, mais aucune des offres – alors émises par Swiss Life, La Banque Postale, Neuflize et Fosun – n’avait atteint ce niveau. «Cette fois-ci, des family offices, d’importants CGP soutenus par des fonds, des banques européennes et non européennes tournent autour de l’actif qui n’a aucune réelle exposition au Covid-19, souligne un proche de l’entreprise. Trois d’entre eux ont même cherché à savoir s’il était possible de déposer une offre préemptive.» Le résultat brut d’exploitation de l’établissement serait aujourd’hui compris entre 7 et 8 millions d’euros.

Essentiellement positionnée sur le métier de la gestion de fortune, Meeschaert l’est aussi dans les métiers de la gestion d’actifs et du family office. Mais aussi depuis 2014 dans le non-coté, avec la création d’un pôle présidé par Hervé Fonta. Une dernière activité qui a crû rapidement jusqu’à totaliser, en début d’année, près de 600 millions d’euros d’actifs. Cela grâce à des fonds d’investissement spécialisés dans les opérations de LBO small et mid cap, et depuis peu dans l’immobilier (où un véhicule de 150 millions d’euros est en cours de levée). Si la maison mère de ces activités venait à trouver preneur, la prise d’indépendance de Meeschaert Capital Partners (MCP) – déjà majoritairement détenue par l’équipe – ne serait donc pas à exclure. «Des dispositions ont été prises pour que MCP ne soit pas concerné par ce type de discussions sur le groupe», fait cependant savoir une source proche du dossier. Contactée sur le sujet, la société de gestion n’a pas répondu à notre sollicitation.