La Banque Postale amène sa banque privée à ses clients patrimoniaux

Si les services de Louvre Banque Privée, nouveau nom de la BPE, existent déjà sur l'ensemble du territoire, LBP veut accélérer leur déploiement en formalisant un pôle de gestion privée commun.
Jean-Michel Daix

BPE devient Louvre Banque Privée. Derrière le changement de nom annoncé lors d'une conférence de presse ce mardi 11 mai, une stratégie de croissance qui repose sur l'acquisition de nouveaux clients mais qui lorgne également sur les clients patrimoniaux (plus de 250.000 euros d'actifs financiers) domiciliés à La Banque Postale (LBP). 

Un nouveau pôle privé, dont la responsabilité sera confié à Jean-Marc Ribes, président du directoire Louvre Banque Privée, fera le lien entre ces clients et ceux de la banque privée par le biais des agences déjà ancrées dans les territoires.

Le choix de la domiciliation bancaire

La stratégie se veut la moins agressive possible : les clients sont bi-bancarisés et peuvent donc conserver leurs comptes à LBP tout en bénéficiant des services de Louvre Banque Privée. Celle-ci mettra à leur disposition ses cinq domaines d'expertise que sont l'ingénierie patrimoniale, la gestion de fortune, la gestion sous mandat, l'investissement immobilier en direct et les solutions de financements patrimoniaux. «Ce concept du libre choix n’existe pas ailleurs», affirme Philippe Heim, président du directoire de LBP. 

«Tous les grands réseaux non mutualistes de banques commerciales ont lancé une stratégie de conquête des clients stratégiques, développe Philippe Heim. Ce mouvement est une tendance de marché. Pour nous, c’est une stratégie défensive. Notre cœur de cible se situe entre 250.000 euros et 1 million d'euros d'actifs même si on ne s’interdit rien. »

Côté prospects, Louvre Banque Privée dispose d'une belle marge de manoeuvre : le pôle privé va regrouper les 675.000 clients patrimoniaux du groupe LBP, pesant ainsi 70 milliards d'euros d'actifs sous gestion. Sur ce montant, 56 milliards d'euros appartiennent aux clients patrimoniaux et 14 milliards d'euros aux 64.000 clients de la banque privée.

Un plan de déploiement à horizon 2025

A horizon 2025, le groupe compte faire grossir les encours gérés par le pôle privé à 85 milliards d'euros, dont 25 milliards par Louvre Banque Privée. En déployant cette stratégie d'expertises croisées, la banque privée veut faire grossir ses rangs pour atteindre les 220.000 clients à cette date. «C'est un plan de valorisation de la clientèle existante mais également de conquête d'une nouvelle», indique Jean-Marc Ribes, sans vouloir répondre sur la part que représentera chacune au sein des effectifs projetés. 

Sur le terrain, les 28 pôles de gestion privée (d'anciennes agences LBP) et 57 espaces de banque privée en bureaux de poste déjà implantés ne seront pas suffisants pour satisfaire les ambitions du groupe. Il entend doubler sa présence en région grâce à l'ouverture de 100 nouveaux espaces sur la durée du plan. 

En parallèle, LBP prévoit le recrutement de 250 nouveaux collaborateurs dans les fonctions régaliennes et commerciales. Ils s'ajouteront aux 1.000 conseillers patrimoniaux déjà présents sur le réseau et aux 420 collaborateurs de Louvre Banque Privée. 

Louvre Banque Privée se situe actuellement en quatrième position des banques privées en France, mais ambitionne de passer en troisième position d'ici à la réalisation de son plan stratégique. Elle est actuellement devancée par les banques privées de BNP Paribas, de la Société Générale et du Crédit Agricole, qui bénéficie de son solide ancrage dans les territoires. 

«La banque privée est celle qui mise le plus sur le relationnel pour se développer et nous avons un solide track record, ce qui va participer à la conquête des nouveaux clients», soutient Philippe Heim.