La Banque Postale AM ouvre un nouveau chapitre de son histoire

Réjane Reibaud
Une grosse partie des équipes de la filiale de gestion d’actifs de la Banque Postale a rejoint Ostrum la semaine dernière.

En 2019, La Banque Postale et BPCE décidaient la fusion de leurs activités de gestion assurantielle présentes dans leurs filiales respectives, qui avaient la particularité de travailler pour un client commun, CNP Assurances. Après 18 mois de travail, une grosse partie des équipes de la filiale de gestion d’actifs de la Banque Postale a donc rejoint la semaine dernière Ostrum, devenu l’affilié spécialisé en la matière de Natixis et de La Banque Postale.

La filiale «allégée» LBPAM est désormais présentée comme «un gestionnaire de conviction multi-spécialiste leader de la finance durable». Elle compte 180 salariés, dont 70 professionnels de l’investissement, et 47 milliards d’euros d’encours, y compris sa filiale Tocqueville. Elle est réorganisée autour de 4 pôles : un pôle actions géré par Tocqueville Finance, un pôle actifs réels & privés (avec un focus dette), un pôle multi-actifs & performance absolue et un pôle de solutions quantitatives intégrant une gamme Smart Beta.

Ce sont pas moins de 104 salariés qui ont concrètement quitté LBPAM pour rejoindre Ostrum la semaine dernière. Mais les relations entre les deux groupes se sont renforcées bien avant cette date pour pouvoir concrétiser le projet, notamment d’un point de vue informatique. «Nous sommes devenus les meilleurs amis en un temps record», relate Emmanuelle Mourey, présidente du directoire de LBPAM qui ajoute que le processus a été accompagné de manière originale d’un point de vue des ressources humaines. «Nous avons en quelque sorte coupé en deux La Banque Postale AM. Les équipes dont l’activité était transférée 100% chez Ostrum ont rejoint automatiquement cette entité. Mais pour rejoindre le nouveau LBPAM il fallait postuler. Nous avons publié 150 descriptions de postes, y compris une vingtaine de recrutements externes». L'objectif étant de faire de ce projet une «démarche d’envie et de croyance de la part des salariés». Pour y parvenir, LBPAM s’est adjoint les services des cabinets de conseil spécialisés LHH et Exergone dans un process fait de nombreux entretiens et de «feed back» avec les salariés, certains ayant même postulé à leur propre poste.

Une vingtaine de recrutements extérieurs ont donc également eu lieu dont celui de Guillaume Lasserre, ancien directeur des investissements (CIO) de Lyxor et nommé directeur adjoint de la gestion. Pierre Ernst, jusqu’à présent directeur des opérations (COO) de Candriam, a également été nommé secrétaire général. Il arrivera début janvier pour rejoindre le directoire de LBPAM aux côtés d’Emmanuelle Mourey et de Vincent Cornet qui reste directeur de la gestion de LBPAM et directeur général de Tocqueville Finance.

Enfin, l'aspect ISR n'a pas été oublié dans le deal avec Ostrum. Outre le fait qu'Ostrum réalisera pour LBPAM des prestations opérationnelles de type middle et back-office sur les actifs cotés, LBPAM mettra à disposition d’Ostrum sa méthodologie et ses outils de scoring extra-financiers, qui viendront nourrir leurs analyses qualitatives et leur approche ISR. «Du fait de notre leadership en ISR, c’était un marqueur très important dans l’opération aux yeux de notre actionnaire La Banque Postale, qui est banque et citoyenne», souligne sa présidente.

Amaigri mais ambitieux, LBPAM garde en tête des objectifs de croissance pour le futur : «Pour être en phase avec l’évolution du marché et nos ambitions, nous serons à la manœuvre pour saisir des opportunités de développement et d’acquisitions, notamment dans le non-coté», assure Emmanuelle Mourey.