Banque privée

J.P.Morgan conforte son modèle traditionnel

La banque privée revendique clairement son statut haut de gamme
C’est le seul moyen, selon elle, de continuer à offrir des services ultra-personnalisés
DR

Depuis plusieurs années, le monde feutré des banques privées connaît de profondes mutations. Réglementaires, d’abord, avec la directive MIF 2, qui les oblige notamment à une totale transparence vis-à-vis de leurs clients sur la manière dont elles se rémunèrent. Culturelles, ensuite, avec le développement d’offres digitales qui, si elles ne font pas encore vraiment concurrence aux structures très haut de gamme, marchent sur les plates-bandes de beaucoup d’acteurs centrés sur les clients patrimoniaux.