Intesa Sanpaolo continue son marché dans la banque privée

Franck Joselin
La banque italienne achète la Compagnie de Banque Privée Quilvest après avoir finalisé sa prise de participation majoritaire dans Reyl en suisse.

Fideuram Intesa Sanpaolo Private Banking (Fideuram ISPB), la plus grande banque privée italienne, continue sur sa lancée. Moins de six mois après avoir reçu l’approbation des régulateurs pour prendre le contrôle de Reyl & Cie en suisse, la banque italienne se livre à une nouvelle opération. Elle a annoncé vendredi avoir acquis 100% de la Compagnie de Banque Privée Quilvest (CBPQ). Cette acquisition devrait être finalisée au premier semestre 2022. La structure achetée était une des entités spécialisées dans la gestion privée en Belgique – où elle possède des succursales - et au Luxembourg du groupe Quilvest. CBPQ dispose d’environ 7 milliards d’euros d’actifs sous gestion.  

Ces actifs viendront s’ajouter aux 327 milliards d’euros sous gestion que revendiquait le groupe italien au 30 juin, comprenant 211 milliards d’euros sous gestion et 116 milliards d’euros en gestion conseillée. Si le groupe fait partie intégrante d’Intesa Sanpaolo, Fideuram ISPB dispose de plusieurs réseaux de distribution et marques. Fideuram pèse pour 113 milliards d’actifs, Sanpaolo Private Banking pour 148 milliards, Reyl (et la branche suisse de Intesa Sanpaolo& Private Bank qui lui a été rattachée) pour 23 milliards, enfin Sanpaolo Invest compte pour 29 milliards d’euros et IW Bank pour 12,8 milliards.  

Coup d’accélérateur sur les activités luxembourgeoises

Pour Intesa Sanpaolo, cette acquisition trouve toute sa logique. « Cette opération confirme les objectifs de développement de notre division sur les marchés internationaux, qui compte aujourd'hui déjà environ 42 milliards d'euros d'actifs sous gestion », déclare Tommaso Corcos, directeur général de Fideuram ISPB. Pour la banque, la reprise de CBPQ constitue donc un coup d’accélérateur sur son activité au Luxembourg – où elle ne gérait que 2 milliards d’euros. CBPQ servira aussi à Fideuram ISPB de nouveau centre de distribution sur les marchés européens, aux côtés de celui qu’il a créé en suisse avec Reyl.

Pour Quilvest, la logique de cette cession est beaucoup moins claire. Sollicité par L’Agefi, le groupe n’a pas voulu s’exprimer sur l’opération. Elle sonne en effet comme un demi-échec. En 2010, celui-ci avait créé Quilvest Weath Management au Luxembourg (avec Vauban Participations comme actionnaire minoritaire) pour regrouper sous une même structure ses différentes activités de gestion de fortune au Luxembourg, en France, en Suisse et en Amérique latine. Aujourd’hui, Quilvest tire un trait sur 7 des 29 milliards d’euros sous gestion (dont 4 milliards en private equity dans une structure indépendante) qu’il détenait fin 2020.