HSBC France mise sur l'épargne en ligne dans sa quête du haut de gamme

Le groupe s'appuie sur sa marque pour commercialiser des produits de placement via internet.

Après son plan de développement auprès des PME internationales (L’Agefi du 26 août 2008), HSBC France se tourne vers l’épargne liquide. Il mise fortement sur l’internet pour conquérir de nouveaux clients. L’ex-CCF a lancé hier le «Compte d’épargne direct». Proposant un taux brut de 6% pendant six mois jusqu’à 100.000 euros (au-delà, les dépôts seront rémunérés à 3,75%), ce produit sera commercialisé uniquement via le site de HSBC France. Ce produit est le prolongement d’une étude réalisée par le consultant Rosetta en août 2007. La cible: la catégorie des «épargnants actifs», qui gèrent activement leur épargne, essentiellement sur internet. Peu fidèles, ils recherchent la meilleure offre. Cette population est estimée à 24% de la population française des 18-75 ans, soit près de dix millions d’individus. Or, il s’agit d’un axe stratégique pour HSBC France, comme l’explique Pierre Antraygues directeur de la stratégie à la banque des particuliers: «Plus de 20% des épargnants actifs peuvent potentiellement devenir des clients "premier"». C’est-à-dire haut de gamme, le cœur de cible de la banque britannique. Celle-ci considère un client comme «premier» à partir de 75.000 euros d’actifs financiers placés chez elle. «Nous travaillons sur d’autres produits pour les épargnants actifs», précise Franck Leprou, directeur de la banque à distance. Les études utilisées par l’établissement afin d’affiner son offre ont notamment révélé que la marque faisait partie des principaux critères dans la décision d’ouverture d’un compte en ligne. «En raison de la crise, les clients ont besoin de confiance. C’est pourquoi nous utilisons notre marque pour commercialiser nos produits. Nous sommes le seul acteur bancaire traditionnel en France à le faire», avance Pierre Antraygues. En dehors de la conquête de nouveaux clients, la rentrée de HSBC France a également été marquée par la banalisation du Livret A – dont il compte faire un outil de fidélisation. C’est pourquoi il lui a associé un Livret «2A», qui s’ouvre dès que le premier livret est plein et offre une rémunération supplémentaire. La moyenne des dépôts des Livret A dépasse les 8.000 euros chez HSBC France et 25% ont déjà atteint le plafond. La moitié des Livrets préréservés depuis octobre provient de l’extérieur. En 2007, les dépôts des particuliers atteignaient 10 milliards d’euros.