Assurance

Hiscox et Metlife protègent la clientèle privée

La sous-assurance nuit gravement au patrimoine comme à l’équilibre financier familial et à la survie de l’entreprise
Cette situation n’est pourtant pas une fatalité et les solutions existent, comme le rappellent les deux assureurs haut de gamme
Eric Mignot (Hiscox) et Joël Farré (MetLife)

Les actifs des clients patrimoniaux, tout comme leur personne et leurs ayants droit méritent une protection adaptée : c’est le message que les assureurs MetLife et Hiscox, par la voix de leurs directeurs généraux respectifs, Joël Farré et Eric Mignot, ont distillé tout au long du débat audiovisuel organisé le 6 mai dernier par L’Agefi Actifs. Appartenant tous deux à des groupes d’origine anglo-saxonne, ils travaillent sur le territoire national avec les structures de courtage d’assurance, généralement spécialisées, allant de l’intermédiaire de proximité jusqu’à la banque privée et le family office. Leur volonté d’investir le marché des conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) est clairement affichée.

Sécuriser les personnes et la survie de la famille…

MetLife, spécialisé en prévoyance haut de gamme, met en avant l’intérêt pour la clientèle privée d’être protégée bien au-delà des standards en matière : d’âge, de risques hors norme ou encore de loisirs à risques. « Nous disposons d’une capacité de couverture allant jusqu’à 50 millions d’euros », avance Joël Farré. Une cellule ingénierie patrimoniale est à disposition des intermédiaires pour accompagner leurs clients VIP dans les parties sélection médicale et analyse financière.

… tout comme les biens et la responsabilité des dirigeants.

Le sinistre frappe aussi les demeures de valeur, leurs contenus ainsi que leurs dépendances (parcs et jardins). Hiscox, lui aussi, ne cache pas sa capacité à assurer le hors-norme – à titre d’exemple et pour l’anecdote, « un aquarium géant habité par deux requins pour un client fortuné ».

Les clients privés sont-ils plus sensibles aux sinistres que les autres ? La réponse d’Hiscox est affirmative : « Cinq fois plus que la moyenne pour le vol selon les statistiques. »

L’assureur tient aussi à souligner sa présence sur la couverture de la responsabilité du dirigeant, un risque important pour lequel il a développé une offre spécifique en vue notamment de protéger l’outil de travail.

Les clients patrimoniaux...

Hiscox et Metlife se défendent de réserver leur offre aux ultra-riches, arguant que la complexité d’un dossier ne se mesure pas forcément aux montants à garantir, « mais en fonction des pathologies à assurer, avance Joël Farré. Plus l’entreprise est petite, plus il y a des manques importants, la majorité des chefs d’entreprise que nous avons interrogés le reconnaissent ».

... potentiellement mal assurés.

 « Les CGPI ont un certain nombre de clients qui sont potentiellement mal assurés », complète Eric Mignot. Une partie des assurances haut de gamme en dommages et en responsabilité va donc les concerner.

« Nous assurons 10.000 foyers parmi les 200.000 les plus riches, autant dire que nous avons de la marge, souligne le dirigeant d’Hiscox. Les 100 premières fortunes françaises disposent d’un contrat habitation haut de gamme. Il est donc intéressant de noter que les HNWI (1), qui sont les personnes les mieux conseillées, ont toutes des solutions spécifiques pour protéger leur patrimoine. » Mais Hiscox avertit que la très grande majorité des particuliers parmi les plus aisés a un contrat d’habitation standard avec des sommes assurées qui sont dérisoires. « Ces freins à l’assurance, parfois par peur de se dévoiler vis-à-vis du fisc, ne sont pas rationnels. Les conseillers patrimoniaux ont un rôle à jouer à ce niveau », affirme Eric Mignot.

(1) High-net-worth individual.

 

Pour aller plus loin : Retrouvez l’émission complète avec les vidéos sur le site www.agefiactifs.com Assurance.