H2O nomme un conseil pour céder ses actifs illiquides

Réjane Reibaud
La société a sélectionné Perella Weinberg Partners pour répondre à une demande de la FCA sur ses cessions d'actifs devenus illiquides. Elle prépare par ailleurs une modification de sa gouvernance, de son organisation et de sa gestion des risques.
Bruno Crastes, président d'H2O AM

Dans une lettre à ses clients publiée sur son site Internet ce 26 février, la société H2O AM indique qu'un conseiller, en l'occurrence Perella Weinberg Partners, a été nommé  "à l'initiative et à la demande de la Financial Conduct Authority", le régulateur britannique dont dépend la société H2O AM à Londres, pour l'accompagner dans la liquidation de ses actifs liés au groupe Tennor.

Pour rappel, H2O AM avait gelé puis séparé en deux certains de ses fonds pour isoler une partie des actifs devenus illiquides ou très peu liquides l'année dernière. Ces fonds, appelés "side-pocket", sont liés à un contrat de cession «Evergreen» conclu entre H2O et Lars Windhorst, le patron du groupe Tennor, dans lesquels H2O AM était particulièrement exposé. La vente de ces actifs, déjà décotée de 60% en septembre, est censée avoir lieu avant fin juin et les clients doivent être remboursés en numéraire au fur et à mesure.

"En collaboration avec notre conseil juridique, Perella accompagne H2O AM pour définir et exécuter la stratégie de cession de ces actifs", peut-on lire dans la lettre. Perella Weinberg est une banque d'affaires américaine basée à New York et fondée en 2006. "Les équipes de H2O AM travaillent nuit et jour sur la cessions de ces actifs", assure une source proche. La société, contrainte dans le temps, espère pouvoir au pire céder les actifs concernés aux niveaux de valorisation du mois d'octobre dernier.

Gouvernance à revoir

Mais cela ne s'arrête pas là. La société, qui va redevenir indépendante après l'annonce de la cession de la participation de Natixis en décembre, a par ailleurs décidé de retravailler ses standards de gouvernance. Elle indique en effet qu'elle a "missionné en décembre 2020 un consultant international de tout premier rang avec qui [elle a] travaillé pour analyser et renforcer [son] organisation, sa gouvernance et [son] approche de la gestion des risques et, ainsi, les aligner avec les standards les plus exigeants de [son] industrie". Cette décision n'aurait pas fait suite à une demande de la FCA mais à la volonté propre de H2O AM de proposer des solutions aux régulateurs. Celles-ci pourraient passer notamment par un renforcement de ses fonds propres important et la nomination de plusieurs administrateurs indépendants à son conseil.

Elle précise que sur le plan de la gestion, "l’expertise « Global Fixed Income», « Global Equity » et « Global Macro » restera la colonne vertébrale de notre gamme de produit", estimant que "les résultats de [sa] gestion démontrent que le moteur de génération d’alpha d’H2O AM est intact".

Les fonds liquides qui ont été réouverts le 7 octobre dernier affichent pour certains des performances supérieures à 20% depuis cette date. C'est le cas par exemple de H2O Mulstrategies qui gagne près de 30% à la clôture du 25 février.

Enfin, H2O AM prévoit qu'en cours d’année 2021 et après le lancement du FCP H2O MultiFunds et celui en cours d’H2O MultiAsia, elle  "va mettre en place une stratégie ambitieuse de développement et de relations-investisseurs qu’elle communiquera prochainement".