Fintech

Grisbee se lance dans l’assurance vie

Nouvel arrivant dans l’univers des fintechs, Grisbee se focalise sur le conseil patrimonial
Il propose également Grisbee Vie, un contrat d’assurance vie en partenariat avec Suravenir
DR, Maxime Camus, directeur général, Grisbee

Dernière arrivée dans le monde des robo-advisors, la plate-forme Grisbee tient à se démarquer des autres fintechs de plus en plus nombreuses sur le créneau de l’épargne. Alors que la plupart se concentrent sur la mise en place d’une allocation tactique en fonction du niveau de risque accepté par l’épargnant – c’est par exemple ce que proposent Yomoni ou Marie Quantier – Grisbee préfère se concentrer sur le conseil patrimonial automatisé. Contrairement à WeSave, une fintech qui se positionne sur le même créneau avec une clientèle aisée (L’Agefi Actifs n°675, p. 14), Grisbee mise sur un conseil accessible au plus grand nombre.

Un conseil patrimonial automatisé.

 Si la plate-forme a officiellement été lancée en octobre 2016, le projet a une origine plus ancienne. « Nous avons lancé en 2013 un site finansemble.fr qui sert de portail d’informations afin d’aider les utilisateurs à y voir plus clair dans leurs finances personnelles avec notamment des outils en ligne comme defiscalisator, qui permet de réduire son imposition en identifiant les niches fiscales adaptées à sa situation. Des utilisateurs réguliers du site nous ont demandé s’il n’était pas possible de leur prodiguer encore plus de conseils. C’est de cette façon qu’est né Grisbee », indique Maxime Camus, directeur général de Grisbee.

Le site fonctionne sur un modèle « freemium », c’est-à-dire qu’il est possible d’utiliser certaines fonctionnalités gratuitement pendant un laps de temps limité : le client peut établir son diagnostic patrimonial et bénéficier de recommandations basées sur des algorithmes conçus en interne. Pour prolonger l’expérience, l’internaute doit ensuite souscrire un abonnement qui démarre à 4,90 euros par mois pour utiliser les fonctionnalités de base. Celui-ci augmente jusqu’à 49,90 euros pour bénéficier de services plus étendus.

Une structure avec son propre cabinet.

L’originalité de Grisbee tient au fait que la plate-forme dispose de son propre cabinet en gestion de patrimoine, Grisbee Gestion Privée, « avec tous les agréments nécessaires pour l’exercice de la profession ainsi qu’une adhésion à la CNCGP », précise Maxime Camus. Un client peut donc choisir de n’utiliser que l’outil en ligne ou basculer vers une préconisation patrimoniale plus classique avec un conseiller au téléphone, par chat et bientôt par visioconférence.

Un contrat d’assurance vie avec Suravenir.

En fin d’année 2016, Grisbee a sorti son contrat d’assurance vie maison  « Grisbee Vie » avec Suravenir, qui est également le partenaire assureur d’autres fintechs comme Yomoni et Marie Quantier. Toutefois, à la différence de ces deux acteurs qui mettent en avant leur outil d’allocation, Grisbee a fait le choix de proposer une gestion pilotée par Carmignac qui sera opérationnelle en ce début d’année. Grisbee Vie est conforme aux standards des contrats : pas de frais d’entrée ni d’arbitrages et des frais de gestion plancher de 0,60 %, qui augmentent de 0,20 % lorsque le souscripteur opte pour la gestion pilotée. Le panel d’investissement comprend plus de 300 unités de compte ainsi que deux fonds en euros. Un projet de Perp est également à l’étude et pourrait voir le jour courant 2017.

Une clientèle variée.

Si la plate-forme préfère rester discrète pour le moment sur le nombre de ses clients, quelques milliers utilisent ses services en ligne, l’objectif est de faire progresser ce chiffre en centaine de milliers sur les prochains mois. En termes d’encours, l’objectif est de gérer 300 millions d’ici à 2019. La typologie de clients intéressés par l’outil est variée. « Le spectre est assez large : nous avons des clients faiblement imposés mais aussi des contribuables qui payent plusieurs dizaine de milliers d’euros d’impôt sur le revenu. Nous avons également une frange de clients assujettis à l’ISF », indique Maxime Camus. Des clients aisés qui se montrent de plus en plus intéressés par les possibilités des fintechs, un thème qui sera abordé lors du prochain Forum de la Gestion Privée organisé par L’Agefi Actifs le 27 mars 2017.