Frédéric Lejeune prend la tête de JO Hambro en France

Réjane Reibaud
Le groupe britannique, créé en 1993, ouvre un bureau commercial à Paris.

Le gestionnaire d'actifs britannique JO Hambro doit annoncer ce jour l’ouverture d'un bureau commercial à Paris et la nomination de Frédéric Lejeune en tant que directeur général et responsable des ventes en France, en Belgique et au Luxembourg. Frédéric Lejeune est un habitué des développements commerciaux de sociétés de gestion étrangères ouvrant des bureaux à Paris. Il avait ainsi été précédemment président de Robeco France qu'il a quitté il y a près de trois ans. Avant cela, il avait été directeur général délégué d'Aberdeen France et responsable du développement commercial pour la France et Monaco.

C'est la première fois que JO Hambro, une société fondée en 1993 par Jamie Hambro et Christopher Mills ouvre un bureau à Paris. La firme, spécialisée en gestion de convictions sur les marchés actions, avait été rachetée en 2011 par le groupe australien coté en Bourse BT Investment Management qui gère environ 100 milliards de dollars et a fait de JO Hambro, sa tête de pont pour l’Europe. Grâce à ce nouvel actionnaire, JO Hambro, basée à Londres, a pu ensuite ouvrir des centres d'investissement à Singapour, New York, Boston et Prague pour développer une expertise plus globale, et gère désormais quelque 30 milliards d'euros pour 190 salariés.

La société a connu un nouveau tournant dans son développement en 2019 avec le recrutement d'Alexandra Altinger, une britannique diplômée notamment de l'université Dauphine à Paris et qui a commencé sa carrière chez BNP à Tokyo, en tant que CEO pour la zone britannique, l'Europe et l'Asie. La société a également recruté un directeur marketing global et s'est doté d'un responsable mondial des ventes en la personne de TJ Voskamp. Il assure d'ailleurs que «l'Europe continentale et le FraBeLux en particulier représentent une opportunité importante pour JO Hambro. (..) Cette nomination (de Frédéric Lejeune), conjuguée à l’ouverture d’un bureau à Paris et la création d’une nouvelle entité en France montre nos engagements à nous développer en Europe». D'autres bureaux pourraient en effet voir le jour prochainement sur le continent.

Autonomie de gestion

A l'image de ce qu'a connu Frédéric Lejeune chez Robeco avec la structure RobecoSAM spécialisée dans la gestion ESG (environnement, social, gouvernance), le groupe compte promouvoir en France notamment les expertises de la marque australienne Regnan, une société de conseil et de recherche en investissement durable créée en 1996 et que le groupe a totalement intégré dans la gestion de JO Hambro en 2020. Elle compte ainsi deux fonds qu'elle a classés «article 9» au sens de SFDR (Sustainable Finance Disclosure) : Regnan Global Equity Impact Solutions et Regnan Sustainable Water and Waste. Ce dernier fonds est cogéré par le français Bertrand Lecourt, connu pour s'être occupé du même type de véhicules «eau et déchets» chez Fidelity, Polar Capital ou encore Aquilys.

Elle mise aussi sur une organisation qu'elle qualifie «d'originale» avec des équipes de gestion qui sont toutes «fortement» rémunérées par rapport à la performance et aux encours gérés chaque année et dans le temps, une «autonomie totale de process et de décision pour chaque équipe», et tout cela, sans «vue maison»  et sans directeur des investissements. En outre, les équipes ont pour chaque fonds une taille maximum d'encours «pour préserver la capacité à produire de la surperformance et les intérêts des clients», explique Frédéric Lejeune.

Quant aux ambitions pour la France, elles sont réelles. «Je n’ai pas encore fait de plan stratégique de développement car je veux d’abord rencontrer nos futurs clients. L’idée de collecter de l’ordre du milliard d’euros pour les trois premières années ne m’effraie pas du tout. Nous accueillerons tous types de clients, mais les premiers seront certainement ceux aux process les plus courts, comme les banques privées, assureurs, fonds de fonds, les family offices ou encore le CGP les plus importants», explique Frédéric Lejeune. Il compte embaucher très rapidement un adjoint pour l'aider dans son développement.