Exclusivité - Financière Galilée acquiert Sedec Finance

Gaetan Pierret
L’opération fait porter les encours de la société de gestion à 320 millions d’euros. Elle en vise 400 millions d’ici la fin de l’année.
Roni Michaly
Roni Michaly, président de Financière Galilée

Deuxième opération pour Financière Galilée en trois mois ! Après avoir cédé son activité de gestion de patrimoine en octobre dernier, la société de gestion a annoncé avoir acquis l’intégralité du capital de sa concurrente Sedec Finance.

Un spécialiste actions qui s’ouvre à l’obligataire

Créée en 1991, Sedec Finance est spécialisée dans le gestion obligataire, notamment les obligations d’entreprise majoritairement investment grade. Elle gère aujourd’hui 70 millions d’euros d’encours à travers une gamme de quatre OPC, dont Sedec Rendement, récompensé par le Grand Prix de la Gestion d’Actifs de L’Agefi 2022. Son rachat permet à Financière Galilée d’ajouter cette expertise à son catalogue puisque spécialisée depuis sa création en 2000 dans les actions multi-thématiques bâtis sur des tendances d’avenir. Elle propose de la gestion sous mandat et de la sélection d’actions, de fonds et de produits structurés.

L’opération, lancée fin 2021 et finalisée le 4 janvier dernier, fait grimper les encours sous gestion de Financière Galilée de 250 millions à 320 millions d’euros. «Nous avons dépassé une certaine taille critique, ce qui devrait faciliter le référencement auprès des assureurs et le développement auprès de nouveaux partenaires».

A ce niveau justement, Financière Galilée entend bien développer des synergies. Passée du BtoC au BtoB en 2017, elle a fait le choix de la sélectivité. «Nous n’avons pas une logique de collecte de masse via les CGP sur les OPCVM. Nos expertises flagship demeurent la gestion dédiée et la gestion multi-thématiques, explique Roni Michaly, qui revendique 35 partenaires à ce jour. Sedec Finance a davantage recours aux intermédiaires pour la collecte de leurs OPC, d’où un réseau de partenaires plus traditionnel qui nous ouvre d’autres perspectives de développement.»

Sedec Finance passera intégralement sous l’escarcelle de Financière Galilée qui devrait conserver toutes les équipes grâce aux économies d’échelle réalisées. «Il n’y a pas vraiment de doublons car les savoir-faire sont nouveaux, assure son dirigeant. La gestion obligataire, via une SICAV Luxembourgeoise de surcroit, est une nouvelle expertise pour nous. Cela nécessite de conserver les équipes en place pour une pérennité de la gestion et du contrôle des risques.»

Sedec pourra ainsi profiter de la compliance internalisée de Financière Galilée ainsi que de son agrément AMF pour la sélection de produits structurés. En contrepartie, ses équipes accueilleront dans leurs locaux rue de Miromesnil celle de l’antenne parisienne de Financière Galilée (basée historiquement à Strasbourg). «Financière Galilée envisage déjà le développement de son département obligataire par le renforcement de l’équipe et le lancement éventuel d’autres fonds», ajoute la société dans un communiqué. Elle sera également accompagnée pendant trois ans par le fondateur de Sedec, Eli Chamma.

D’autres acquisitions à venir ?

Le prix de la transaction n’a pas été communiqué. Toutefois, les trois activités de Sedec Finance (gestion privée, intermédiée et OPCVM) ont été scindées, avec des coefficients différents.

Bien que les prochains mois seront consacrés à la fusion des deux équipes, Roni Michaly ne se dit pas fermé à d’autres rachats. «Jusqu’à présent, nous misions uniquement sur la croissance organique. Désormais, nous comptons aussi sur la croissance externe pour nous développer», prévient-il. Pas plus d’informations pour l’heure, mais il pourrait se tourner vers «des small et mid caps», jugeant sa gestion plutôt axée vers les grosses capitalisations. A l’en croire les opportunités ne manquent pas. «Nous recevons des dossiers car le marché sait que nous sommes en pleine croissance et à même de faire des acquisitions», conclut-il.