Crystal acquiert WiseAM

L'opération s'accompagne d'une évolution de la gouvernance de la société avec la nomination de Benjamin Brochet à la présidence.
Benjamin Brochet, président de WiseAM

Quatre mois après son rapprochement avec les associés du projet Victoire, le groupe Crystal a annoncé mardi 2 novembre la finalisation de l'acquisition de la société de gestion WiseAM.

Créée il y a dix ans, WiseAM gère aujourd'hui 750 millions d'euros. « Dorénavant détenue par Crystal Holding, WiseAM proposera à ses entités un vaste panel de solutions d'investissements, mandats de gestion et investissements immobiliers », indique un communiqué qui précise qu’elle continuera de proposer son offre à l'ensemble des professionnels du patrimoine.

Cette évolution du capital s'accompagne également de la nomination d'un nouveau comité exécutif désormais composé de Benjamin Brochet, président, François Jubin, directeur général, Guillaume de Trogoff, directeur général adjoint et Emilie Degorce, secrétaire générale. Benjamin Brochet demeurera par ailleurs directeur général délégué de Crystal Holding.

Benjamin Brochet est diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Lille et de l'EM Lyon. Il a démarré sa carrière à l'inspection générale de la Société Générale puis en tant que consultant en stratégie chez Bain & Company en 2005. En 2009, il est chargé des investissements en private equity d'Octant Partenaires, avant de devenir vice-président d'Alix Partners en 2012. En 2014, il est nommé directeur adjoint de la stratégie du groupe Edmond de Rothschild. En 2020, il lance avec les associés du projet Victoire un regroupement des acteurs emblématiques de la gestion de patrimoine. Suite à l'adossement du projet Victoire à Crystal Holding, Benjamin Brochet est devenu directeur général délégué du groupe le 1er juillet 2021 et nommé Président de WiseAM le 28 octobre 2021, à l'issue de son processus d'autorisation par l'AMF.

WiseAM présente également la particularité d’être enregistrée auprès de la Security and Exchange Commission (SEC), lui permettant de « proposer ses solutions à des particuliers présentant des indices d'américanité », rappelle le communiqué.