Barclays persiste et signe pour son retour en banque privée dans l’Hexagone

Franck Joselin
La banque a recruté Bernard Corneau, l’ancien directeur de Deutsche Bank Wealth Management France pour monter son bureau à Paris.

Il n’y a cette fois-ci pas eu d’effet de surprise, comme lorsque Barclays avait annoncé, en octobre 2020, son retour dans la banque privée en France. Mais la structure confirme ses ambitions sur ce secteur. Elle a annoncé le 21 mars le recrutement à Paris de Bernard Corneau à la tête du département Private Bank pour la France. Celui-ci a rejoint Barclays Private Bank le 1er mars 2021 et était, jusqu’en décembre 2020, directeur de Deutsche Bank Private Wealth Management en France. Auparavant, il était responsable de la clientèle très fortunée chez Credit Suisse.

Dans le même temps, Barclays a officialisé la nomination de Carlo Baronio à la tête de la banque privée en Italie. Celui-ci était déjà dans la banque depuis 2009, où il occupait le poste de directeur de l’équipe italienne origination.

Ventes croisées

Comme Gérald Mathieu, le directeur de Barclays Private Bank Europe et Moyen-Orient, l’avait expliqué en octobre dernier, les structures resteront légères. Elles s’appuieront, Brexit oblige, sur la plate-forme de Dublin pour servir les clients européens.

Les deux dirigeants régionaux auront pour objectif de proposer une gamme complète de conseils, produits et services aux family offices et aux clients très fortunés. Pour cela, ils pourront utiliser les services des spécialistes produits de Barclays Private Bank et des banquiers de Barclays Corporate and Investment Bank. C’est donc sur la difficile articulation entre la banque privée et la banque d’entreprise que Barclays compte mise pour se développer. La banque veut aussi capitaliser sur son caractère international.

Potentiel retrouvé

Jean-Christophe Gérard, le directeur de de Barclays Private Bank, a déclaré dans un communiqué que «Barclays Private Bank bénéficie d’un grand potentiel en Europe, et en particulier en France et en Italie, où nous investissons pour notre croissance future».

Ce «grand potentiel» apparaît cependant nouveau, car Barclays, après avoir délaissé sa banque privée en France depuis le début des années 2000, l’avait cédée en 2017 au fonds AnaCap, qui était, jusqu'à il y a peu, sur les rangs pour reprendre le réseau de HSBC en France. Devenue Milleis, l'ex-banque de détail de Barclays en France n’a, depuis, toujours pas réussi à trouver son équilibre.