Banque privée doit rimer avec prix élevés

L'Agefi Quotidien
Les gestionnaires de fortune doivent miser sur une hausse de leurs commissions plutôt que sur les baisses de coûts, juge le BCG.

A contre-courant des discours sur la nécessaire baisse des commissions, liée au digital et à la transparence engendrée par la directive MIF 2, les banques privées peuvent et doivent augmenter leurs prix. C’est en tout cas l'avis du Boston Consulting Group (BCG) qui publiait en fin de semaine dernière son 18e Global Wealth Report. Les bons élèves du secteur, c’est-à-dire le quartile aux marges brutes les plus élevées, ont davantage augmenté leurs revenus que baissé leurs coûts au cours des trois dernières années, affirme le cabinet de conseil.