Baisse de rentabilité en vue dans la gestion d’actifs

Dans son dernier rapport sur la gestion d’actifs dans le monde, le Boston Consulting Group (BCG) constate que malgré une année 2017 particulièrement faste, les gestionnaires d’actifs doivent se préparer à une baisse de leur rentabilité dans les trois ans à venir.

Jusqu’ici tout va bien. Les premiers constats de l’étude du Boston Consulting Group (BCG) sur la gestion d’actifs mondiale, « The Hidden Pressures on Asset Managers », ne laissent aucun doute : l’industrie a connu une année 2017 exceptionnelle. Avec une progression des indices d’actions supérieure à 15 % sur tous les marchés développés, les gestionnaires étudiés par le cabinet de conseil (30 sociétés de gestion représentant environ la moitié de l’industrie en volume) ont vu leurs encours croître de 14 %, leur collecte nette progresser de 4,3 % (un chiffre au plus haut depuis 10 ans) et leurs profits bondir de 9 %. Les BCG souligne néanmoins que la concentration du secteur continue, les sociétés de gestion dans le premier quartile affichant des encours en progression de 17 % et une collecte en hausse de 6 % tandis que celles du dernier quartile voient leurs encours croître de seulement 6 % pour une collecte en hausse de 1 %.   

Ces bons chiffres pour l’industrie dans son ensemble ne doivent cependant pas cacher la réalité du marché. Ainsi, le BCG anticipe, pour les années à venir, une contraction de la rentabilité des gestionnaires. Même si la gestion active demeure résiliente, puisqu’elle représente toujours 6 et 10 des 15 stratégies les plus demandées, respectivement aux Etats-Unis et en Europe, la pression sur les frais de gestion reste forte. Le BCG explique que la migration de long terme des encours de la gestion active vers la gestion passive n’est pas la seule raison de la baisse des marges des gestionnaires. Ces derniers sont en effet confrontés à des pressions croissantes sur la tarification des produits dans leur ensemble, aussi bien sur ceux destinés aux investisseurs institutionnels qu’individuels.

Ainsi, alors que la marge des sociétés de gestion est restée stable en 2017 par rapport à 2016, à 38 %, elle est attendue en baisse plus ou moins marquée sur les trois prochaines années. En 2021, le BCG s’attend à ce que cette marge tombe à 36 %, sans chute des indices et si les sociétés arrivent à maintenir leurs niveaux d’encours sous gestion, mais elle pourrait baisser à 30 % en cas de correction du marché.