Assurances

Axa Wealth Management développe ses encours de crédit

Constituée de 250 collaborateurs, dont plus d’une centaine de commerciaux, la branche de gestion de patrimoine d’Axa France construit son autonomie.

Rebaptisée Axa Wealth Management en octobre 2010, l’ancienne direction de la gestion privée et des partenariats financiers d’Axa France se décline, en fonction des canaux de distribution, sous trois identités : Axa Gestion Privée, apanage des réseaux propriétaires, Axa Thema, la plate-forme réservée aux CGPI, et Axa Wealth Management Partenariats bancaires et financiers, la marque dédiée aux banques de gestion de fortune.

Après s’être dotée d’une société de gestion en juillet 2010 nommée Axa Private Management, l’organisation consacrée à la gestion de patrimoine, aujourd’hui sous la responsabilité d’Etienne Bouas-Laurent, auparavant directeur de la communication financière du groupe Axa, fait part d’une volonté de devenir un département de plus en plus autonome. La création d’une cellule bancaire dédiée au développement d’une activité de crédit et de comptes titres accueillant plus d’une soixantaine de collaborateurs issus d’Axa Banque va dans ce sens.

Développement d’activités connexes.

Aujourd’hui, Axa Wealth Management supervise 23 milliards d’euros en produits d’assurance vie, dont 7 milliards pour Axa Gestion privée, 6 milliards pour Théma et 10 milliards via les partenariats bancaires et financiers. Le crédit ne représente de son côté que 800 millions d’euros d’encours, répartis sur les trois canaux de distribution, mais cette activité connaît une forte croissance depuis un an - le responsable fait état d’une augmentation de 400 millions d’euros des montants prêtés en 2011. Si ce métier n’est évidemment pas encore une source de revenus importante, il reste néanmoins stratégique et rentable puisque l’assureur confie prendre une marge moyenne de 100 points de base (pb) par rapport au taux de refinancement (soit un niveau de rentabilité pour la structure inférieur à celui procuré par les unités de comptes mais supérieur à celui des fonds en euros). Etienne Bouas-Laurent souhaite d’ailleurs se développer sur ce créneau puisqu’il entend multiplier par quatre le poids du crédit d’ici à 2015.

Ambitions pour la société de gestion interne.

Mêmes ambitions du côté de la société de gestion d’Axa Wealth Management créée il y a un an. Estimés à 250 millions d’euros pour la fin de l’année, les actifs sous gestion sont attendus à 1 milliard d’euros dans quatre ans. Regroupant 10 collaborateurs, Axa Private Management, qui présente une offre de gestion sous mandat, de gestion conseillée et de fonds dédiés, recrutera ses clients au-delà du périmètre d’Axa Wealth Management puisqu’elle proposera également ses services au segment de clientèle intermédiaire exploité par les réseaux propriétaires de l’assureur sous la marque Axa Exclusiv (portée par la business unit épargne) (L’Agefi Actifs n°455-456 p. 2). C’est déjà le cas d’Axa Drouot Estate, la structure spécialisée dans la sélection de programmes immobiliers de défiscalisation, initialement créée pour les clients d’Axa Wealth Management.

Augmenter la part d’unités de compte.

Si la collecte nette a légèrement diminué au premier semestre 2011 - autour de 1 % -, Etienne Bouas-Laurent vise une hausse de 23,3 % des actifs gérés par Axa Wealth Management à horizon 2015 grâce à ses nouvelles offres, mais également en augmentant la part d’unités de compte (UC) dans les contrats d’assurance vie. Un objectif qui ne semble pas si difficile à atteindre si l’on en croit le responsable au regard du ratio UC sur encours globaux qui ne représenterait qu’un peu plus de 30 %.  

Fichiers: