Actus internationales

MONDE

Les dividendes mondiaux subissent la crise de plein fouet

Newsmanagers, 24/08/20

Trimestre noir pour les dividendes. Au niveau mondial, ils ont chuté de 22 % au deuxième trimestre d’une année sur l’autre, selon Janus Henderson Investors. Le montant total des dividendes s’élève à 382,2 milliards de dollars. Il s’agit du niveau le plus faible pour un deuxième trimestre depuis 2012.

Plus d’un quart (27 %) des groupes cotés suivis par Janus Henderson ont réduit leurs dividendes, et plus de la moitié d’entre eux les ont purement et simplement supprimés. La tendance est encore plus marquée en Europe, où 54 % des sociétés ont réduit leurs dividendes et les deux tiers d’entre elles les ont supprimés, certaines, comme les banques ou les assureurs, à la demande du régulateur. « Le besoin fondamental de protéger les bilans et de préserver des liquidités a été, pour beaucoup d’autres, l’une des principales motivations au vu de l’extrême incertitude des prévisions économiques », explique la société de gestion.

La France, l’Espagne, l’Italie et la Suède ont enregistré les plus fortes baisses. Dans l’Hexagone, les dividendes ont baissé de 57 % en termes sous-jacents, diminuant de 13,3 milliards de dollars, « ce qui est, de loin, leur période de dividendes la plus mauvaise jamais enregistrée par Janus Henderson ».

En revanche, les dividendes ont résisté en Amérique du Nord. Ils n’ont ainsi baissé que de 0,1 % aux Etats-Unis, à 123 milliards de dollars. Janus Henderson rappelle qu’aux Etats-Unis, la plupart des sociétés déterminent leurs dividendes une fois par an et les payent en quatre versements égaux. Malgré la pandémie, la majeure partie des sociétés américaines n’ont pas effectué de changements immédiats à leurs distributions. Les groupes américains ont plutôt coupé dans leurs programmes de rachats d’actions.


MONDE
Les assureurs vie doivent se préparer à un scénario japonais, selon Fitch
Instit Invest, 21/08/2020

Les assureurs européens et américains doivent se préparer à suivre la voie des assureurs-vie japonais sous la pression des taux très bas depuis plus de vingt ans, met en avant un récent rapport de Fitch. La pandémie du coronavirus va prolonger la période des taux bas qui affectent les assureurs européens et américains depuis 2008. Et la fin de la pandémie ne devrait pas y mettre un terme, dès lors qu’il s’agit du seul moyen pour soutenir l’économie.

Les marges financières des assureurs vie s’amenuisent et la garantie en capital des assurances vie devient de plus en plus difficile à tenir. Selon Fitch, les marchés allemand et américain sont les plus exposés.

 

ROYAUME-UNI

Les investisseurs de Woodford devraient récupérer encore 183M£
Financial Times (FT), 24/08/20

Plus de 300.000 investisseurs toujours bloqués dans le fonds de Neil Woodford Equity Income devraient se partager la somme de 183 millions de livres de capital redistribués dans les jours qui viennent selon l’administrateur Link Fund Solutions. Ajouté aux autres sommes déjà redistribuées de ce fonds qui avait été créé par le gérant star déchu britannique, les clients auront récupéré jusqu’à présent 2,45 milliards de livres. Les 290 millions restant dans le fonds pourraient être plus difficiles à récupérer car les actifs seraient plus difficiles à vendre.

 

EUROPE

Les enquêtes fiscales contre Credit Suisse rebondissent en Belgique
L’Agefi Quotidien, 25/08/2020

Après la France et les Pays-Bas, Credit Suisse est sous le coup d’une nouvelle enquête en Europe pour des pratiques présumées de complicité d’évasion fiscale. Le parquet fédéral de Belgique a ouvert une enquête pour déterminer si Credit Suisse a aidé environ 2.650 Belges à dissimuler des comptes bancaires à l’administration fiscale du pays.

Les investigations ont été déclenchées sur la base d’éléments transmis en 2019 par la France. Le parquet national financier mène sa propre enquête depuis 2017 sur des clients français de Credit Suisse, au sujet de comptes détenus entre 2003 et 2014. La procédure suivait une enquête judiciaire coordonnée au plan international depuis 2016 par Eurojust, l’unité de coopération judiciaire de l’Union européenne. En plus des Pays-Bas, berceau de l’affaire, et de la France, des perquisitions avaient également été menées à cette époque en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Australie.

En Belgique, l’enquête est pour l’instant au stade de la collecte d’informations, selon un porte-parole du parquet.

« Nous respectons strictement toutes les lois, toutes les règles et tous les règlements applicables sur les marchés sur lesquels nous opérons », a répondu Credit Suisse.