Capital-investissement

ACG Group finalise l’intégration de ses nombreuses acquisitions

Créée par Wladimir Mollof en 2000, la société était spécialisée, à l’origine, sur la gestion de fonds de fonds destinés aux institutionnels. Depuis 2010, ACG a multiplié les opérations de croissance externe pour élargir à la fois sa gamme de produits et son type de clientèle.

Ces trois dernières années auront été particulièrement riches en actualités pour ACG. Alors qu’en 2007, la société de capital-investissement créée en 2000 par Wladimir Mollof était spécialisée dans l’activité de gestion de fonds de fonds de capital-investissement pour une clientèle de grands institutionnels, elle a, depuis 2010, multiplié les acquisitions pour devenir un groupe présent sur tous les métiers de la classe d’actifs, y compris en gestion directe, avec une clientèle aussi bien institutionnelle que privée. 

Environnement mouvant.

« Dès les prémices de la crise financière en 2007, nous avions anticipé que le capital-investissement devait se restructurer en Europe », explique Wladimir Mollof, président du groupe ACG. A cette époque, ce dernier commence donc à examiner les différentes solutions qui s’offrent à la société pour faire évoluer son modèle centré à la fois sur un seul type d’offre – même si les fonds présents dans l’offre de multigestion étaient déjà investis sur une large palette d’actifs – et un seul type de clients, vers un modèle multiproduit et présent sur tous les canaux de distribution. Des intentions suivies d’effet puisque depuis, le gestionnaire est passé de 580 millions d’actifs géré en 2007 à près de 3 milliards aujourd’hui. 

Croissance externe.

C’est à partir de mars 2011 que l’histoire s’est accélérée pour ACG. La société a d’abord repris Gimar Capital Investissement, un fonds de fonds géré par Gimar Finance. Si cette première opération ne participe pas vraiment à la logique de diversification à laquelle se prépare ACG – Gimar Capital Investissement s’adresse au même type de clientèle qu’ACG –, ce n’est pas le cas de l’acquisition suivante, Sigma Gestion, en septembre de la même année. Ce dernier est en effet très présent sur le segment des conseillers en gestion de patrimoine (environ 800 partenaires) avec une gamme de fonds d’investissement de proximité (FIP) et de fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) destinés à une clientèle de particuliers. Quasiment dans le même temps, ACG reprend les fonds du gérant en difficulté Innoven – dont l’ancien dirigeant a été sanctionné par l’AMF pour des faits remontant à 2008 –, qui devient, pour l’occasion, Ipsa. Toujours fin 2011, ACG annonce le rachat de Viveris Management, notamment présent dans les réseaux bancaires, qui se concrétisera quelques semaines plus tard par la reprise de 60 % des parts que détenait encore la Caisse d’Epargne Provence-Alpes-Corse dans la société. Enfin, au début de cette année, ACG a repris les activités de Groupama Private Equity. 

Diversification atteinte.

Aujourd’hui, le groupe a atteint la taille critique qu’il visait pour se développer notamment sur une clientèle internationale. « Il est indispensable, pour les sociétés de capital-investissement, d’avoir une taille assez importante pour pouvoir à la fois lever des capitaux et attirer les bons dossiers », commente Wladimir Mollof. Par ailleurs, sa clientèle est aujourd’hui composée pour un tiers de clients particuliers et pour deux tiers d’institutionnels, et ses produits sont pour un tiers des fonds gérés en direct et pour deux tiers des fonds de fonds. ACG Group a commencé l’intégration juridique du groupe, « pour construire une marque forte et unique », déclare Wladimir Mollof. Pourquoi pas en attendant une autre opération de croissance externe ou de partenariats, puisque le groupe est toujours « à l’écoute sélective des opportunités qui pourront se présenter » ?