L’échange automatique couterait 800 emplois au Luxembourg et 15 milliards d’euros d’actifs sous gestion

C’est ce qui ressort d’une récente étude de 18 pages remise par l’institut de statistiques luxembourgeois

Le Luxembourg a mené une étude sur l’impact de l’application par le Luxembourg de l’échange automatique dans le contexte de la Directive "Fiscalité de l’épargne" datant de 2003 (Directive 2003/48/CE).

« Sur la seule base de l’analyse des comptes de pertes et profits, intégrant une hausse hypothétique des frais administratifs due à l’introduction de l’échange automatique, il s’était dégagé une baisse possible de l’emploi de quelques 800 personnes (200 pour les seules banques du cluster « private banking »), sans effet dû à la perte probable d’actifs sous gestion ».

« A la suite de l'introduction de l'échange  automatique, environ 15 mia d'actifs sous gestion pourraient quitter la place (soit 5% du total); cette évaluation ne tient pas compte d'une éventuelle extension de la Directive »;

« Associée à une hypothèse de hausse des coûts, la perte d'actifs susmentionnée pourrait générer une baisse de la valeur ajoutée de 5 à 10 % de l'ensemble du  secteur financier ».

« Cette baisse de la valeur ajoutée pourrait générer une baisse de l'emploi du secteur financier de légèrement plus de 1000 personnes (suivant les modèles, entre 1 et 3% du total du secteur », voire par extension une baisse de 500 à 1.000 emplois dans le reste du secteur. 

Le document est accessible en fichier joint. 

Fichiers: