Trois associations font cause communue autour de l'activité de Conseil en haut de bilan

Après avoir recueilli l'avis de la Place et du public sur le sujet de la régulation des conseillers Haut de bilan  qui conseillent les entreprises en matière de cession/transmission d'entreprise, d'opérations de croissance externe ou d'ouverture du capital, l'AMF qui vient de publier ces résultats, a pris la décision de ne rien modifier aux textes actuels. Pour autant, l'Autorité remet en cause le contour de l'activité de CIF en matière de conseil en finance d'entreprises avec pour intention de préciser, dans le cadre de la mise en application de la directive MIF II, le périmètre de ces activités. Le régulateur publiera avant la fin de l'année un guide pédagogique qui permettra à chaque professionnel de savoir si son activité ou certaines de ses prestations relèvent ou non du statut de CIF.

L'ACIFTE, l'Anacofi-CIF et la CNCIF ont demandé à participer à sa rédaction. Cette initiative s'inscrit dans le cadre d'une commission créée par les trois associations, dont l'objectif consistera à "analyser la situation, ses évolutions, les options possibles et d'agir de concert pour la reconnaissance, la défense et la protection de l'activité de Conseil intervenant dans les domaines de la Finance et de la Transmission d'Entreprise", précisent-elles. Les associations se disent également soucieuses d'accompagner leurs membres dans le nécessaire positionnement de leurs missions, dans un cadre juridiquement sécurisé. "Car si le professionnel n'est pas ou plus CIF, son activité ne sera pas pour autant dérégulée", ajoutent-elles.