PLFSS: l’AFG déplore la disparition de la taxation de l’épargne salariale aux "taux historiques"

L'amendement modifiant la taxation de l’épargne salariale introduit par le gouvernement au cours des débats sur le PLFSS n'a pas échappé à l'AFG. L'association regrette que les  nouvelles  plus-values  réalisées par les salariés seront désormais  soumises  intégralement  au dernier taux connu de prélèvements sociaux et non pas au régime dit « des taux historiques ». "Ce dernier était plus favorable dans la mesure où  les plus-values  étaient  taxées  au  taux  en  vigueur  au  moment  de  leur  constatation", indique-t-elle dans un communiqué en rappelant que, de facto, les  épargnants vont subir le renchérissement des prélèvements sociaux - actuellement à 15,5 % - sur leurs versements passés. Même si elle ne touche pas les plus-values du stock actuel d’épargne, cette alourdissement de la taxation de l’épargne des salariés ne va pas inciter les épargnants à conserver leur portefeuille de titres sur le long terme, rappelle l'AFG qui pointe l'incohérence d'une telle décision avec les réformes engagées par le gouvernement en faveur de l’épargne longue et les récentes annonces sur l’intéressement et la participation du Président de la république.