PEA et PEA PME : la CNCIF milite pour un relèvement des plafonds

Présente au Grand Rendez de l'Investissement Productif ce lundi 22 janvier, la Chambre nationale des conseillers en investissements financiers (CNCIF) a préalablement remis un rapport à Amélie de Montchalin, députée LREM de l'Essonne, initiatrice de l'événement, ainsi qu'aux député-e-s Gilles Le Gendre, Nadia Hai et Cédric Roussel. Dans ce rapport, Stéphane Fantuz qui préside l'association préconise que les produits d'épargne tels que les PEA et le PEA-PME ou les contrats d'assurance vie puissent intégrer des FIP et FCPI. L'objectif est de drainer une partie de l'épargne vers les petites et moyennes entreprises non cotées, indique un communiqué. Par ailleurs, Stéphane Fantuz recommande également d'augmenter le plafond du PEA et du PEA PME afin qu'il gagne en visibilité. La CNCIF milite ainsi pour que les montants en question passent respectivement de 150.000 € à 200.000 € pour le PEA et de 75.000 € à 150.000 € pour le PEA-PME.

Par cette démarche, la CNCIF espère convaincre le gouvernement et les parlementaires de revaloriser ces véhicules financiers dans le cadre du budget 2019, pour permettre au CGP et à leurs clients de drainer une partie de l'épargne des Français vers l'économie productive, précise le même communiqué.