Les "Paradise Papers" ébranlent le monde de l'offshore

NewsManagers

Une nouvelle fuite de données géante, les «Paradise Papers», a ébranlé dimanche les paradis fiscaux. Elle établit un nouveau record de volume, avec quelque 13,4 millions de documents confidentiels dérobés à deux fournisseurs de services offshore, le cabinet d'avocats des Bermudes Appleby et, dans une moindre mesure, la fiduciaire Asiaciti Trust, rapporte le quotidien Le Temps.

Les médias partenaires de l'opération, orchestrée par le Consortium international de journalistes d'investigation (ICIJ), ont révélé plusieurs noms de personnalités apparaissant dans les documents. Il s'agit notamment du secrétaire d'Etat américain au Commerce Wilbur Ross, actionnaire d'une société de transport qui a réalisé des dizaines de millions de dollars de revenus avec une société dont les propriétaires sont le beau-fils du président russe, Vladimir Poutine, et un homme d'affaires russe sanctionné par les Etats-Unis. La reine d'Angleterre est également citée: elle aurait investi des millions de livres à travers un fonds secret du duché de Lancaster. Parmi les entreprises, Twitter, Apple et Nike font l'objet de révélations sur leurs pratiques d'optimisation fiscale.