Jonathan Hill veut laisser Bâle réguler le risque souverain des banques

Agefi Quotidien

L'Union européenne ne devrait pas imposer de restrictions à l’exposition des banques aux dettes souveraines tant qu’un consensus mondial n’aura pas été trouvé sur la question, a déclaré Jonathan Hill, commissaire européen aux services financiers, vendredi. "Nous devons attendre de voir vers où Bâle se dirige", a-t-il expliqué lors d’un entretien à Amsterdam, se référant au Comité de Bâle sur la supervision bancaire, "si nous n’attendons pas, il y aura des risques d’arbitrage réglementaires. Je crois qu’il existe des risques potentiels pour la stabilité financière".

La position de Jonathan Hill rejoint ainsi celle exprimée jeudi par Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne. Les deux hommes s'opposent de fait à la vision de Wolfgang Schauble, le ministre allemand des Finances, qui souhaite que la Commission se saisisse du sujet et qui en fait une condition à l'approfondissement de l'Union économique et monétaire.