Emmanuel Macron n’est pas favorable à la force exécutoire pour l’acte d’avocat

C’est la réponse donnée au Conseil national des barreaux pendant l’élection présidentielle : « Concernant le caractère exécutoire des actes d’avocat, la force juridique du caractère exécutoire est conférée à certains actes réalisés par des professionnels ayant qualité d’officier public et ministériel. Or je ne pense pas que cela corresponde à l’essence de la profession de conférer cette qualité aux avocats, avec toutes les obligations qu’un tel statut induit, notamment le contrôle de la part du ministre de la justice et des procureurs généraux ». En revanche, pour Emmanuel Macron, l’interprofessionnalité d’exercice ou capitalistique permet aux avocats de se rapprocher des notaires et ainsi de l’authentification des actes.

Par ailleurs, concernant la possibilité d’ouvrir aux avocats la capacité d’ouvrir une action de groupe, Emmanuel Macron compte étudier cette possibilité «quand nous aurons un certain recul sur le sort de ces actions de groupe et leurs dysfonctionnements éventuels ».

Lire les réponses d’Emmanuel macron à la profession d’avocat ici.