Immobilier

Une base de données pour davantage de transparence sur le marché

Imaginée par HBS Research, la Place de l’Immobilier Pro est une base de données regroupant une multiplicité d’informations publiques sur les immeubles en France.

L’outil recherche un maximum d’éléments relatifs aux immeubles sur le territoire - identifiés à partir des matrices cadastrales - dans différentes bases de données existantes avant de les trier, les retraiter, pour enfin les compiler puis les réactualiser. Afin d’alimenter de manière fiable la Place de l’Immobilier Pro, HBS Research a donc passé plus d’une vingtaine de partenariats avec des organismes publics ou des sociétés privées. Parmi eux, le Ministère des Finances, la Direction générale des Impôts, la Coface, l'Insee, Altares et bien d’autres.

Rendre l’immeuble transparent.

Cette base de données recense plus de 2 millions d’immeubles en France et passe au crible le nom des propriétaires, des occupants, les permis de construire, les transactions réalisées… La Place de l’Immobilier Pro a vocation à « cartographier le plus d’informations possibles sur ces immeubles pour que ceux-ci deviennent totalement transparents », explique Blaise Heurteux, cofondateur de HBS Research et ancien secrétaire général d’Atisreal (aujourd’hui société de BNP Paribas).

Cependant, seules sont répertoriées les personnes morales, entreprises privées ou publiques, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) s’opposant farouchement à autoriser une telle activité sur les propriétaires personnes physiques.

Multiples usages.

A destination de professionnels de l’immobilier d’entreprise, commercialisateurs, promoteurs et investisseurs à la recherche d’immeubles à restructurer par exemple (dans tel arrondissement de Paris, un immeuble de bureaux de plus de 1.000 m_ monopropriétaire n’ayant pas fait l’objet d’une demande de permis de construire depuis plus de 20 ans), ou encore utilisateurs désireux d’évaluer la faisabilité d’un projet de développement d’une enseigne, la base de données s’adresse également aux entreprises publiques ou aux collectivités. La société se rémunère par voie d'abonnement.

« Nous sommes en train de proposer des Observatoires de villes. Ainsi, si une commune souhaite créer une zone d’aménagement concerté (ZAC), l’outil a la capacité de lui fournir, si elle doit exproprier, l’identité des sociétés propriétaires et des entreprises locataires des locaux, les prix de l’immobilier d’entreprise du secteur pour les dédommager, la présence d’autres biens aux alentours pour éventuellement les reloger… », précise Blaise Heurteux, vantant les mérites d’une telle base comme outil de pilotage pour la Société du Grand Paris (SGP) par exemple, qui commence tout juste à s’intéresser à HBS Research.

Les usages sont donc variés et les clients à séduire nombreux. Quant à l’Etat, qui pourrait profiter de ce type d’initiative pour cartographier son parc immobilier existant afin d’établir, par exemple, sa vétusté, le professionnel répond : « Nous sommes encore loin de la mentalité américaine où les start-up soumettent des idées à l’Etat, un Small Business Act (1) à la française ». HBS Research a suggéré à France Domaine, service rattaché au Ministère du Budget chargé de l'acquisition, la gestion et la cession des biens domaniaux, et par ailleurs client de l’entreprise, de lui créer une infrastructure spéciale afin de croiser les données de chacun dans le but d’améliorer sa politique de gestion et d’arbitrage. La proposition n’a pas été retenue. L’idée fait son chemin, celui à parcourir est encore long.

(1) Loi américaine de 1953 visant à favoriser les petites et moyennes entreprises, ces dernières se voyant réserver, dans certains cas, des marchés publics.