Notaire/Congrès 2017

Un nouveau notariat veut émerger

La « loi Macron » conduit aux rapprochements entre notaires, à l’interprofessionnalité et au développement du conseil
Fotolia

« Loi Macron » oblige, les notaires doivent adapter leur modèle économique à la nouvelle réglementation. Le changement immédiat le plus important est un nombre d’offices qui doit bientôt passer de 4.500 à environ 5.500 études. Cette nouvelle concurrence pour les notaires les contraint à innover et à développer davantage leur profil de chef d’entreprise. Les instances représentatives appellent d’ailleurs clairement les notaires à être des entrepreneurs. Ainsi, des notaires ont pu suivre un cycle de formation créé par HEC Paris, en partenariat avec la Chambre des notaires de Paris, intitulé « Ré-inventons  nos offices ». Il en va ainsi de Fabienne Magnan, notaire associé à Paris, qui a décidé d’embaucher, avec un autre office notarial, un responsable marketing et commercial. « Notre objectif est une plus grande digitalisation de la relation-clientèle, pour ainsi consacrer plus de temps à l’humain et moins à l’administratif », explique Fabienne Magnan. Autre initiative, le Conseil supérieur du notariat a créé en 2015 le label « Notaire Juriste d’Entreprise » qui permet aux notaires ayant suivi une formation dédiée de créer un service de secrétariat juridique des sociétés et de conseils aux entreprises au sein des études notariales.