Taxe foncière : la flambée n'aura pas lieu cette année

L'étude du cabinet FSL contredit les prédictions de l'Assemblée des maires de France en montrant que la grande majorité des communes n'ont pas touché au taux d'imposition.

Les contribuables peuvent souffler. La date limite de vote et de transmission des taux des taxes directes locales est passée, et l'ouragan fiscal ne s'est pas abattu sur leur maison malgré la crise sanitaire. Une étude du cabinet FSL du 19 mai relève une hausse de 0,8 % des taxes foncières en moyenne pour les villes de 40.000 à 100.000 habitants et leurs groupements. Dans les villes de plus de 100.000 habitants, elle s'établit à 0,3 %. Des hausses, oui, mais des hausses faibles si on les compare à celles des années post électorales (+1,8% en 2015, +5,1% en 2009). 

Compte-tenu des moindres recettes engrangées en 2020 et de la hausse des dépenses pour beaucoup de collectivités, le pire était pressenti. L'Association des maires de France avait d'ailleurs prévenu que 36 % des communes avaient prévu d'augmenter leurs taxes foncières, jusqu'à 3 % en moyenne. Cassandre s'est trompée... pour le moment.