Sanctions administratives : L’ACPR maintient le cap

Le régulateur poursuit son effort d’éducation du marché en visant les fautes au devoir de conseil et à la pratique anti-blanchiment
La commission des sanctions a réprimandé un courtier ainsi qu’un établissement de crédit les 26 février et 22 mars 2018
P. chiquelin

Par le biais de sa commission des sanctions, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) s’en tient clairement à réprimander les pratiques les plus excessives. A commencer par la base du métier de conseil. Ce qui revient – ni plus ni moins – à s’assurer de l’adéquation effective du produit vendu aux besoins de son client. Comment ? En personnalisant la motivation des conseils prodigués. A défaut, la société visée risque de voir sa politique commerciale déballée en place publique.