Quels risques pour investir sur une plate-forme ?

Le succès du crowdfunding soulève la question de la protection des internautes impliqués
Ils peuvent être couverts par des mécanismes légaux et d’assurance, mais tout n’est pas réglé
DR, Régis Vabres, professeur de droit privé, université de Bourgogne

L’ordonnance du 20 mai 2014 relative au financement participatif a libéralisé les activités des sites de crowdfunding. Aujourd’hui, plus d’une centaine de plates-formes proposent au grand public de réaliser un investissement en titres, d’accorder un prêt ou un don à des projets présentés sur les sites internet de ces intermédiaires d’un nouveau genre. Le succès des plates-formes est indéniable puisqu’en 2015, plus de 100 millions d’euros ont été collectés sur les différents sites internet proposant ce service sur des projets offrant une grande diversité.