Fonds diversifiés

Prim’ lance un fonds agricole géré activement

Prim’ Alternative Investment lance Prim’ Kappa Agri, un fonds diversifié couvert contre le risque de change de matières premières agricoles de gestion active.

A la fin de l’année 2007, la bulle sur les matières premières agricoles avait parfois remis en cause l’existence même des marchés de contrats futures sur les denrées alimentaires, accusés d’encourager la hausse des prix. Aujourd’hui, la bulle a éclaté et la polémique sur ces instruments financiers se fait moins virulente, d’autant que des prix agricoles trop bas pénalisent cette fois-ci les récoltants et freinent leurs investissements. « Les marchés de futures sur les denrées agricoles participent à l’organisation des marchés physiques en imposant, par exemple, des normes de qualité ou en assurant la logistique, se défend Benjamin Louvet, directeur général délégué de Prim’ Alternative Investment. D’ailleurs, lorsque l’Inde a voulu, l’année dernière, fermer les marchés de contrats à terme sur plusieurs matières premières, la mesure a créé plus de problèmes qu’elle n’en a réglé. » Sur le long terme, le gérant estime, quoi qu’il en soit, que « la tendance est sans aucun doute à la hausse, notamment à cause du coût que peuvent représenter l’eau ou les dérivés pétroliers dans l’agriculture ».

Fonds actif. Si plusieurs produits indexés sur les indices de matières premières existent, la particularité de Prim’ Kappa Agri tient dans la gestion active de son exposition aux différentes denrées. Le panier sur lequel se base le gérant est composé d’une quinzaine de matières premières, regroupant les céréales, les oléagineux, le bétail et des produits pétroliers et gaziers (lire l’encadré). Le fonds entrant dans la catégorie des FCP traditionnels diversifiés et éligibles à l’assurance vie, chacun de ces produits ne peut représenter plus de 10 % de l’actif du fonds. Pendant des périodes de hausse des matières premières, le gérant reste investi sur son panier de référence.

Mais dans l’hypothèse, comme aujourd’hui, où la tendance sur les matières premières est moins favorable, le fonds passe en gestion active. Dans ce cas, il fait varier son exposition aux différentes matières premières. Les décisions d’investissement sont prises par la société de gestion qui s’appuie sur les conseils de la société Agritel qui se définit elle-même comme « une société de conseil spécialisée dans la gestion du risque de prix dans les filières agricoles et agroalimentaires ». Ainsi, « actuellement, nous sommes positionnés sur le maïs, précise Benjamin Louvet. Mais nous avons décidé de ne pas mettre de bétail dans le portefeuille puisque cette denrée reste très sensible à la situation économique ».