Points clés

- Les banques privées restent globalement assez traditionnelles quant au modèle de distribution à privilégier : sur le segment haut de gamme, internet est un canal parmi d’autres, voire un non-sujet.

- Une banque privée en ligne est perçue davantage comme une menace pour le modèle économique actuel que comme une alternative à celui-ci.

- Au risque d’être considérées comme vieux jeu, les banques privées voient le conseil comme un service qui ne peut être livré que par un conseiller en face-à-face.

- Même leurs sites internet ne sont pas conçus pour séduire de nouveaux clients.

- Les moyens de communication permettant d’interagir avec la clientèle sont peu utilisés.

- Une question demeure : les banques privées ne passent-elles pas à côté d’une opportunité de développement en regardant, non concernées, passer la vague internet ?