Points clés

- La différenciation des taux selon le volume d’encours concerné ou la génération du contrat continue d’être la règle pour la majorité des compagnies.

- Elles utilisent de manière discrétionnaire leurs primes de participation aux excédents et elles bénéficient légalement d’une grande marge de manœuvre pour fixer les taux de revalorisation.

- Il est impossible pour un conseiller d’appréhender de manière claire et précise des prévisions de rendement sur un support en euros, ce qui est dénoncé par certains observateurs.