Points clés

- La différenciation des taux selon le volume d’encours concerné ou la génération du contrat continue d’être la règle pour la majorité des compagnies.

- Elles utilisent de manière discrétionnaire leurs primes de participation aux excédents et elles bénéficient légalement d’une grande marge de manœuvre pour fixer les taux de revalorisation.

- Il est impossible pour un conseiller d’appréhender de manière claire et précise des prévisions de rendement sur un support en euros, ce qui est dénoncé par certains observateurs.

- Pour endiguer une décollecte historique et dynamiser les rendements, des concepteurs ont développé des fonds euros dynamiques, présentés à côté des contrats variable annuities.

- Les uns présentent l’avantage pour l’épargnant de ne pas impliquer un quelconque horizon de placement.

- Les autres peuvent, selon les prévisions, surperformer le marché dans un contexte financier favorable. Pour leurs détracteurs en revanche, ils se rapprochent de fonds structurés avec des options de couverture à 30 ans qui n’existent pas sur le marché.